Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la-vague-en-creux

Articles récents

L'ornithorynque est-il un lapsus du Verbe ?

17 Mai 2017 , Rédigé par la-vague-en-creux

L'ornithorynque est-il un lapsus du Verbe ?
L'ornithorynque est-il un lapsus du Verbe ?
L'ornithorynque est-il un lapsus du Verbe ?

 

(Article paru dans la revue Sens Dessous N° 20, le 4 Octobre 2017, sommaire)

Ayant considérablement surpris les premiers explorateurs lors de sa découverte en Australie, l’ornithorynque fait aujourd’hui partie d’une espèce étudiée partout et dans le monde entier. En Europe cela remonte seulement au dix-neuvième siècle… Quand un spécimen empaillé et baignant dans un tonneau de saumure a été ramené par bateau à Londres, tout le monde a cru à un canular avant de reconnaitre qu’il s’agissait là d’un animal totalement inconnu jusqu’ici. Mais les naturalistes finirent tous par admettre qu’il était bel et bien réel. Un croquis le représentant figure dans Le règne animal de Georges Cuvier en 1836.

Son origine reste un mystère et cet étrange mammifère vieux de plus de 160 millions d’années est le seul survivant d’une lignée très ancienne. Les scientifiques de l’époque ont cru qu’il faisait partie d’une catégorie totalement atypique. Le séquençage de son génome a été aujourd’hui établi à 99%… Ce décryptage a confirmé ses affinités génétiques avec les oiseaux et reptiles. Des protéines présentes dans le jaune de ses œufs ont été identifiées comme leur étant communes. Un croisement se demandait-on au siècle dernier, mais entre quels animaux et de quelles espèces ? Bien avant l’émergence puis l’essor de la science génétique, il était impossible d’affirmer quoi que ce soit avec certitude… Le genre dont il fait partie se situe à un carrefour des plus emblématiques : cet hybride semi-aquatique tient à la fois de l’oiseau terrestre, du mammifère marin et du reptile. Produit d’un métissage hautement improbable pour les naturalistes de l’époque, il est doté de pattes de loutre, d’une queue de castor et d’un aiguillon venimeux aux pattes arrière sous forme d’ergot. Sa queue lui sert à stocker des réserves de graisse ; quant à son pelage il assure son homéothermie dans l’eau. Présent uniquement au nord-est de l’Australie dans la province du Queensland ainsi que dans l‘île de Tasmanie, l’ornithorynque constituait bel et bien une énigme. Si beaucoup de choses ont été éclaircies, son arbre généalogique comporte encore des lacunes que paléontologistes et généticiens arrivent progressivement à combler. Si cet animal est bien présent à la fois dans la partie nord-est du continent et en Tasmanie mais pas entre les deux cela suscite tout de suite une question. Comment peut-il se retrouver simultanément dans cette province du Queensland et sur cette petite île tout au sud, mais pas du tout sur cette énorme bande de terre qui les sépare ? Ce n’est pas un grand marcheur et il vit et gite à proximité des rivières pour y trouver sa nourriture. Il parait exclu qu’il ait pu parcourir cette longue distance par la voie maritime. Différents de par leur poids et leur taille des chercheurs australiens ont entrepris l’étude et la comparaison de ces deux spécimens via leur ADN respectif. Il s’agirait vraisemblablement de deux sous-espèces s’étant développées indépendamment. De deux niches écologiques en somme…

Son bec dont la forme est identique à celui du canard est formé d’une peau souple et cuirassée. Un chercheur australien indépendant a affirmé récemment que l’étanchéité à l’eau de ses œufs lors de la ponte constituait un témoignage de plus qu’il possèderait bien un héritage en provenance d’ancêtres reptiliens. Quant à ses gènes correspondant à la lactation ils renvoient à ceux des mammifères. Mais si son mode de reproduction sexuelle et la lactation le situent comme appartenant à cette classe sa femelle n’en pond pas moins des œufs. Elle les couvera dans son terrier puis allaitera ses petits une fois éclos. Cette faculté très particulière l’a rangé parmi les cinq espèces faisant partie de l’ordre des monotrèmes vivant toutes en Océanie : ce terme fut inventé en 1838 par Charles Lucien Bonaparte, neveu de Napoléon lui-même. Contrairement aux mammifères classiques, l’allaitement ne se fait pas au moyen de mamelons mais grâce à des petits pores par lesquels le lait est secrété : Darwin les comparera aux pis de la vache. Les glandes mammaires sont vraisemblablement apparues bien après soit chez les marsupiaux comme les kangourous, koalas et autres opossums. L’espèce des mammifères placentaires a commencé à diverger de celle des marsupiaux il y a 175 millions d’années environ. Si l’on examine l’intérieur de l’animal on découvre autre chose de très particulier : son gosier est directement relié à ses intestins. Il ne possède pas de récipient intermédiaire pouvant secréter des acides puissants et des enzymes afin de faciliter la digestion. Cette particularité était d’ailleurs connue de Cuvier dès 1804. Comme ses cousins échidnés et d’autres animaux vertébrés cet animal ne possède pas d’estomac mais ce n’est pas le seul dans ce cas : plus du quart des poissons n’en ont pas. Cette absence apparemment troublante ne constitue pas une particularité unique : au cours de l’Évolution la disparition de cet organe s’est produite chez d’autres vertébrés, s’accompagnant parfois de celle des gènes correspondants. Bien que la présence d’estomac soit une caractéristique des vertébrés, les naturalistes expliquent assez bien ce phénomène par le fonctionnement du métabolisme tout en soulignant qu’un organe perdu durant l’Évolution ne se recouvre jamais par la suite. Même s’il a été perdu, cela n’entrainera pas la disparition systématique du gène correspondant -ou des gènes associés au fonctionnement de cet organe- pour les générations suivantes. Réciproquement, il n’y a pas de traduction directe et automatique de la présence d’un gène spécifique par l’organe et/ou la fonction censés lui correspondre dans le métabolisme.

Pour corser le tout, l’aiguillon que le mâle porte sur chaque patte postérieure -et avec lequel il peut tuer un lapin ou un chien- est relié à une poche à venin dissimulée sous sa peau. Les femelles en possèdent à la naissance mais les perdent à l’âge adulte. Si sa piqûre n’est pas mortel pour l’homme, elle peut néanmoins lui infliger des douleurs sévères voire causer un œdème. C’est un des rares mammifères venimeux comme la musaraigne : sa morsure peut se révéler toxique via la salive qu’elle sécrète mais elle ne possède pas d’aiguillon ni de poche à venin. Si ses cousins échidnés appartenant à l’ordre des monotrèmes présents uniquement en Océanie ont eux aussi un aiguillon, à sa différence il n’est pas venimeux. Comme le hérisson, les échidnés et l’ornithorynque peuvent rouler leur corps en boule : ce terme provient du grec ekhinos et signifie hérisson. Ce dernier n’est pas un échidné. Grâce à cette faculté physiologique, la mère arrive à maintenir une température correcte lorsqu’elle niche dans le terrier pour permettre le développement de ses petits pendant leur incubation. Contrairement à l’ornithorynque, les échidnés -seulement 4 espèces présentes en Océanie- sont menacés d’extinction ; ils font partie d’un programme de sauvegarde de la biodiversité. Autre particularité, cet animal possède 5 paires de chromosomes sexuels alors que la plupart des autres oiseaux et mammifères n’en possèdent que deux ! Solitaire, nocturne et farouche, il passe le plus clair de son temps dans l’eau à la recherche de nourriture : des larves mais aussi des écrevisses, des têtards ou des mollusques, ce qui le caractériserait comme insectivore ou carnivore. Sa fourrure épaisse et isolante assure son homéothermie et permet à leur peau d’éviter le contact direct avec l’eau ; quant à ses pieds palmés, ils sont munis de cinq doigts griffus lui permettant de se déplacer à la fois dans l’eau et sur terre. S’il a l’air un peu pataud et peu rapide lors de ses déplacements sur sol ferme, dans l’eau c’est un excellent nageur. Il creuse un terrier généralement au bord des berges ; ses palmes se replient pour laisser le champ libre à ses doigts griffus. Pour les aider à capturer leurs proies, la Nature a mis à leur disposition une faculté bien spéciale : ils détectent les champs électriques. En effet, ils possèdent sur le bec de petits récepteurs sensibles aux champs électriques émis par les muscles des autres animaux. En bougeant la tête, ils peuvent sur de courtes distances déterminer la direction de leur proie, notamment sous l’eau : c’est l’électrolocalisation. Ce qu’il y a d’étonnant, c’est que seul certains animaux typiquement marins tel le requin ou la raie possèdent cette faculté ! Les monotrèmes sont les seuls mammifères à en être dotés. Des chercheurs ont prouvé que l’ancêtre commun des vertébrés et qui vivait dans l’eau il y a 500 millions d’années possédait ce sens. Hypothèse : ce fameux “sixième sens“ dont serait doté le chat et dont le système nerveux est très proche de celui de l’homme correspondrait-il à la rémanence de cette faculté archaïque non totalement disparue, en admettant bien sûr que ce sens existe ? Ou ne pourrait-on pas considérer qu’il s’agirait d’une résurgence de cette faculté primitive, réapparue ultérieurement mais sous une forme différente ? Revenons à l’ornithorynque : comment expliquer cette combinaison de multiples traits paradoxaux uniquement présente chez cet animal ? Faisant nous-mêmes partie de la réalité, sommes-nous si aptes que cela à décrire cette “réalité“ ? L’Évolution n’est pas cette marche uniforme vers le Progrès procédant de manière strictement linéaire et arborescente comme on pouvait le penser du temps de Darwin mais s’apparenterait plutôt à un système rhizomatique. Pour évoquer la lignée humaine, on emploie le qualificatif spécifique de “buissonnant“. Le rhizome, vocable d’origine botanique et qui désigne les racines souterraines des tiges, est devenu un paradigme dans d’autres sciences : il renvoie à un modèle épistémologique récent possédant des applications dans de nombreux domaines dont la psychologie et la sociologie.

Étymologiquement son nom provient de ornithos, oiseau et runkhos, bec. La culture aborigène en parle comme d’une véritable chimère issue d’anciennes légendes : l’accouplement d’une jeune cane désobéissante avec un Rat d’eau… Dans son livre sur l’origine des espèces paru en 1859, Darwin le mentionne comme une des formes les plus anomales aujourd’hui connues dans le monde mais le paradoxe est aujourd’hui largement dévoilé. En 1799, le premier nom qui lui fut attribué par des savants fut Paradoxus : le spécimen arrivé en Angleterre était empaillé et Georges Shaw affirma que cela le faisait penser à une “préparation taxonomique truquée“. Suite à sa demande les savants l’examinèrent sous toutes les coutures. Après avoir découvert avec stupéfaction que ce n’était pas une supercherie, ils réalisèrent qu’ils avaient bien affaire là à un animal qui défiait toutes les théories en vogue : cette découverte zoologique fut considérée comme une des plus grandes de tous les temps. Il fut appelé Ornithorhynchus anatinus conformément à la nomenclature binomiale héritée de Linné imposant deux noms en latin voire trois : le premier est le genre, un substantif dont la première lettre s'écrit en majuscule. Quant au deuxième, c’est le terme ou épithète spécifique qui détermine au sein d'un genre de quelle espèce il est question en particulier : en l’occurrence il s’agit du canard, à cause de la forme de son bec qui a pour particularité d’être mou et non cartilagineux. Pour être conforme à la classification systématique, un nom de famille spécial lui fut attribué, Ornithorhynchidæ : le suffixe –idæ est relatif à une convention terminologique qui renvoie à la famille de l’espèce comme dans “hominidæ“. La terminologie anglo-saxonne emploie pour le désigner le nom scientifique d’étymologie grecque Platypus précédé parfois de “duck-billed“ : le premier provient du grec ancien πλατύς, platús (« plat ») et πούς, poús (« pied »). Ce qui signifie qui a les pieds plats“ et l’autre terme “bec de canard“…

Cet animal est actuellement le seul membre et digne représentant de sa famille.

Si cet animal affublé de traits appartenant à des genres radicalement distincts fait irrésistiblement penser à l’un de ces monstres évoqués dans les mythologies, doit-on en déduire qu’il s’agit là d’une rupture totale avec ce qui précède ? Que sa présence constitue un marqueur qui signale un tournant important, ce fameux chainon manquant entre reptiles, mammifères et oiseaux et qui ferait état d’un carrefour décisif au cours de l’Évolution ? Est-ce un embranchement crucial comme on l’a cru un moment ou bien n’est-ce que le produit du hasard, une de ces bifurcations fortuites et purement accidentelles comme il a pu s’en produire ailleurs ? Toutes sortes d’hypothèses ont été émises, surtout avant le décodage de son génome. Sous quel angle l’envisager ? Reptile à traits mammaliens ou bien mammifère à squelette de reptile ? L’étude de son génome le désignerait comme point de transition entre reptiles et mammifères. Les monotrèmes sont les descendants d'une branche de mammifères qui s'est très vite détachée des autres : avec les autres échidnés du même ordre, ils s’en sont séparés il y a environ 166 millions d’années. Les mammifères apparaissent à l’ère secondaire, soit après les dinosaures disparus il y a 65 millions d’années et nés il y a quelques 230 millions d’années. Très certainement son ancêtre était-il déjà présent avant leur extinction. Il a réussi à se perpétuer ou à renaitre après le choc avec la fameuse météore qui a balayé toute vie sur Terre. Toute vie ou presque, puisque les mammifères ont réussi à survivre et à se développer sans plus craindre les grands carnivores… Des études estiment que cet animal a commencé à se développer il y a quelques 112 millions d’années. S’inspirant directement d’un des principes fondateurs de la philosophie naturelle chez Leibniz, Darwin affirmera que la Nature ne fait pas de saut : « Natura non facit saltum ». Se servant de la métaphore du grand Arbre de vie avec ses branches, rameaux et bourgeons, ce savant en tirera une conclusion sans équivoque : l’ornithorynque constituerait à lui seul une branche orpheline et sans aucune ramification, l’unique survivant d’une espèce révolue. Serait-ce un rejeton en droite ligne de cet ancêtre tant recherché, le premier vertébré apparu sur Terre et découvert récemment en Colombie Britannique ? D’après son génome, des chercheurs australiens de Canberra affirment qu’il constituerait le premier nœud à s’être détaché de la ramification correspondant à l’arbre des mammifères : il se situerait donc tout à la base. D’après de récentes analyses, son génome formerait une combinaison étonnante de traits mammaliens et reptiliens.

 

Une jeune cane vivait avec d'autres de son espèce dans un étang. Toutes avaient peur du Mulloka, le Diable D'eau et ne s'étaient jamais éloignées de leur étang.

Mais un jour contre le conseil de ses aînées, la cane s'est aventurée en aval. Ne sachant pas que c'était le territoire du rat d'eau, elle s'installa sur une parcelle d'herbe qu'elle trouva à son goût. En entendant la cane le rat d'eau apparut, la menaça de sa lance et l'entraînant dans son terrier, la força à s'accoupler avec lui.

Lorsque les oeufs éclosent, les bébés avaient des becs et des pattes palmées. Au lieu de deux pattes ils en avaient quatre et les plumes étaient remplacées par de la fourrure. De plus sur chaque patte arrière ils avaient un ergot.

Il existe deux types connus de classification, classique et phylogénétique. La première remonte au dix-neuvième siècle et se fonde sur des caractères analogues et donc ressemblants pour établir la parenté au sein d’un groupe d’individus. Quant à la deuxième beaucoup plus récente, elle cherche à établir le degré de parenté avec un ancêtre pour l’estimation dudit caractère mais en tenant compte de l’évolution. Elle tient compte d’une possible transformation voire mutation de ce dernier, par exemple sous l’effet d’un changement climatique… Dans la phylogénie on parle alors d’homologie : ainsi l'aile de la chauve-souris et de l'oiseau sont-ils homologues en tant que membres antérieurs et non en tant qu'ailes. Afin de mieux apprécier les bouleversements introduits par la génétique dans la façon d’appréhender la classification, mentionnons que les crocodiliens sont considérés comme plus proches génétiquement des oiseaux que des reptiles.

Selon de nombreux scientifiques, l’ornithorynque est un des mammifères les plus primitifs que la Terre ait connu. Darwin ira jusqu’à l’assimiler à un fossile vivant : s’il a survécu c’est grâce à l’absence de concurrents. Quel ou quels évènements ont bien pu précéder sa création ? La paléontologie n'apporte guère de documents vraiment probants sur l'origine et les affinités de ces animaux, même si des dents fossiles assez semblables appartenant à des animaux cousins ont été retrouvées sur les deux continents, américain et océanien. Ces découvertes semblent confirmer une fois de plus si nécessaire la tectonique des plaques et la séparation des continents.

Si nous revenons sur la première supposition, ce carrefour serait tel un sens giratoire d’où seraient absents à l’entrée ces panneaux en forme de cercle qui avertissent d’un sens interdit : la présence d’un rectangle blanc sur fond rouge est censée prévenir les automobilistes du danger à les emprunter. Malgré cela, il s’en trouve toujours qui entendent narguer le sens commun… Si cette métaphore de type signalétique était exacte, on pourrait dire que la grande majorité des voies -à l’exception de l’oiseau capable de voler- ont été empruntées par cet animal océanien qui a refusé d’en élire une prédominante : cette affirmation est étayée par l’étude de son génome. Mentionnons que les jeunes possèdent quatre ou cinq paires de dents qu’ils perdent au moment de quitter le nid ; elles sont remplacées à l’âge adulte par des blocs de kératine. Les graviers qu’ils ingèrent en fouillant les fonds marins à la recherche de nourriture les aident à broyer et mastiquer leurs proies. Un ancêtre géant de cet animal et mesurant plus d’un mètre de long vivait il y a encore 5 ou 15 millions d’années. Actuellement il ne mesure plus que 40 centimètres environ. Contrairement à ses descendants cet aïeul conservait ses dents à l’âge adulte ce qui lui permettait d’attraper et manger des poissons et des petites tortues. Une dent fossile a été récemment retrouvée en Australie : elle a été identifiée comme lui ayant appartenu et cette formidable découverte a bouleversé ce que l’on pensait au sujet de son arbre généalogique. Heureusement que l’ornithorynque n’est pas parent avec le dragon sinon il pourrait aussi cracher le feu !

Lorsque Marco Polo, premier européen à aborder dans l’île de Java se retrouvera nez à nez –on devrait plutôt dire nez à cornes- avec un rhinocéros, il dira : "c'est une licorne mais je reconnais honnêtement que cet animal n'a pas toutes les caractéristiques de la licorne, parce qu'il est noir et qu'il ne déflore pas les pucelles comme les licornes". Le cerveau procède suivant des schémas cognitifs généralement préétablis. Face à un nouveau type d’animal jusqu’alors inconnu donc sans représentation, la partie cognitive de l’esprit fabriquera une première identité représentationnelle -elle-même hybride- qui empruntera autant à la nature qu’à la culture. Leibniz dans les Nouveaux Essais sur l’Entendement fera dire à l’un de ses débateurs que si Homère parle et décrit des sirènes dans l’Odyssée c’est qu’elles existent forcément quelque part ! Tout comme la licorne et le cercle parfait… Il n’y a qu’à chercher où elles se nichent sur le vaste Océan.

Au dix-neuvième siècle, tenter d’expliquer ou justifier scientifiquement cette anomalie ou particularité survenue au cours de l’histoire ou de la protohistoire se révèle indubitablement malaisé : l’Océanie est riche en animaux qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Se serait-il produit en une époque reculée des allées et venues dans l’arbre de la Création ? À quelle logique s’il y en avait une prévalente cette singularité correspondrait-elle ? Une hésitation de Dieu au moment de la Genèse et qui expliquerait ce hiatus ? Une preuve de son humour ? Un lapsus au niveau du Verbe, commencement de tout selon saint Jean ? Comment expliquer son apparition de façon claire et logique sinon par un ancêtre commun ? L’inné et l’acquis dans tout cela, que deviennent-ils sans compter le reste ? Si l’Évolution n’est plus une simple hypothèse mais un édifice solide et confirmé depuis son invention par Darwin, la sélection naturelle -bien que toujours considérée comme valide en tant que principe- est loin de tout expliquer tant s’en faut. Existe-t-il une théorie expliquant sa résilience en Océanie et qui soit réfutable au sens poppérien du terme ? Au dix-neuvième siècle, aucune réponse définitive à ces questions avec pour conséquence la remise en question récurrente de cette fameuse taxonomie chère aux naturalistes : en grec, le terme de νομός signifie loi et τάξις, classement ou ordre. La structure de ses gènes et la carte de ses chromosomes sont maintenant connues : brassages, mutations, migrations, recombinaisons et réarrangements chromosomiques font partie de la thématique et de l’expérimentation courante en génie biologique. On admet qu’il existe une base commune à tous les êtres vivants connus : ils fonctionnent sur les mêmes bases moléculaires et utilisent le même code génétique. Suite à Darwin, on considère toujours que l’espèce qui survit est celle la mieux adaptée. Notre patrimoine génétique ne diffère que de quelques gènes de celui du chimpanzé mais cette différence apparemment minime renvoie pourtant à la faculté du langage chez l’homme, seule espèce à en être doté. Elle a vraisemblablement été un des facteurs déterminants de notre domination sur cette planète. Des circonstances climatiques exceptionnelles alliées à l’isolement de l’Océanie suffiraient-elles à expliquer la résilience de l’ornithorynque ? Des biologistes ont récemment introduit le concept d’horloge moléculaire : l’ADN mute, change ou évolue plus ou moins vite selon les espèces. D’après leurs conclusions, la respiration et le métabolisme des monotrèmes étant plus lents que ceux des autres animaux en particulier mammifères, la température de leur corps étant elle aussi plus basse, ceci pourrait d’après eux expliquer pourquoi échidnés et ornithorynques ont assez peu évolué et changé depuis leur origine et apparition sur notre planète. Ces biologistes moléculaires comme on aime parfois à les citer ou nommer décryptent ou tentent de décrypter les séquences de gènes d’animaux actuellement vivants comme une sorte de copie, une réplique de l’histoire de l’Évolution elle-même et visant à sa compréhension.

Au commencement, tout était froid et sombre. Bur Buk Boon était en train de préparer du bois pour le feu afin d'apporter la protection de la chaleur et de la lumière à sa famille. Bur Buk Boon ajoutait du bois dans le feu lorsqu'il remarqua qu'une buche était creuse et qu'une famille de termites était fort occupées à grignoter le bois tendre du centre de la buche. Comme il ne voulait pas blesser les termites, Bur Buk Boon apporta la buche creuse à sa bouche et commença à souffler. Les termites furent projetés dans le ciel nocturne, formèrent les étoiles et la Voie Lactée et illuminèrent le paysage. Et pour la première fois le son du Didgeridoo bénit Mère la Terre, la protégeant elle et tous les esprits du "temps du rêve", avec ce son vibrant pour l'éternité...

Le genre regroupe un ensemble d’espèces qui ont plusieurs traits similaires en commun. Taxonomie et systématique sont quasiment synonymes. Nommer, dénombrer et classer les taxons est l’objet de cette science : le taxon, terme apparu en 1948 soit beaucoup plus tard que celui de taxonomie, provient du grec τάξις et désigne une entité conceptuelle regroupant certains organismes vivants possédant en commun des caractéristiques diagnostiques bien définies. Si l’espèce est le taxon de base de la taxonomie -appelée aussi systématique ou classification systématique-, elle est en première approche caractérisée par la faculté de se reproduire par combinaison des deux sexes. Il existe plusieurs définitions pour ce vocable selon les auteurs et les époques : idem pour le taxon qui est devenu un paradigme objet de controverse au fil du temps. Sans doute par souci de nominalisme, ce terme conceptuel est demeuré une unité de base pour les naturalistes : les auteurs y font communément référence dans leurs ouvrages. En ce qui concerne l’ornithorynque et dans le but d’arriver à mieux le cerner, ne devrait-on pas envisager de créer une autre unité s’appuyant empiriquement sur l’observation de ses singularités biologiques spécifiques ainsi que celles émanant d’autres animaux hybrides ? À terme, envisager une reformulation de ce terme… Évoquer un “tax-ème“ qui permette de remonter plus haut dans l’Arbre afin de mieux comprendre et expliquer la combinatoire génétique : ce néologisme emprunterait son étymologie au structuralisme lequel définit les unités de base de la linguistique comme les phonèmes et morphèmes. Le tax-ème, type d’unité qui fasse que la taxonomie soit envisagée non plus uniquement en référence à ce mode hiérarchique de la classification ascendante-descendante règne-embranchement-classe-ordre-famille-genre-espèce, mais qui prenne aussi en considération le mode opératoire des combinaisons inter-classes en tant que facteur important de caractérisation des susdites ?

Présente dans la nature, la reproduction entre animaux d’espèces ou de genres différents constitue le premier mode combinatoire venant à l’esprit. En génétique on nomme les rejetons issus de tels accouplements des hybrides, terme provenant du grec ubris et qui renvoie à la démesure née de la passion. Le tigron est issu d’un croisement entre un individu tigre et une lionne ; quant au ligre, ses parents sont un lion et une tigresse. Ces accouplements sont rares dans la nature en raison de la différence de comportement et d’habitat. Bien que la femelle hybride issue de cette liaison, ligresse ou tigronne, puisse à son tour s’accoupler avec un individu tigre ou lion et donner naissance à un “liligre“ ou un “tiligre“, cela se produit rarement même lorsque ces animaux partagent le même enclos en captivité. Les expériences qui ont été tentées dans des zoos ou cirques montre que leur progéniture connaissait des difficultés à se développer et à parvenir en bonne santé à l’âge adulte. Les hybrides ne sont généralement pas fertiles entre eux mais des exceptions existent comme le mulet considéré néanmoins comme “statistiquement“ stérile.

Quant au naturalisme et aux sciences de la nature en général, sont-ils si indépendants que ça de notre mode de vie social et de notre système cognitif de représentations ? Carnap reviendra en 1963 sur la nécessité d’une prise en compte des fondements des sciences sociales comme prolégomènes indispensables au positivisme logique. Au cours d’un voyage d’études en Amazonie, Claude Levi-Strauss formulera au début de Tristes Tropiques une thèse qui constituera pour lui un des dilemmes fondamentaux de l’ethnologie et de l’anthropologie : sous sa plume celle-ci prendra une dimension quasi-tragique. Si la science a progressé et continue constamment de le faire affirmera-t-il, que ses moyens d’analyse s’affinent et augmentent en nombre et en qualité, c’est au prix d’une déperdition du savoir ancestral des civilisations dites “primitives“ dont la transmission se fait et s’est toujours traditionnellement faite par voie orale. Une déperdition débouchant à terme sur une disparition de ces cultures avec comme responsables la modernisation, les technologies, la course effrénée au productivisme etc. Des cultures au savoir bien plus développé que nous ne le pensons -ou nous le pensions- et qui avaient une grande connaissance des rapports entre l’homme et la Nature, sinon de la nature tout court... La raison de la présence de cet animal en Australie, île-continent peuplée par ailleurs d’animaux introuvables ailleurs, autorise bon nombre d’hypothèses dont quelques unes légèrement farfelues ; si certaines sont envisageables, la relation de cause à effet est loin d’être évidente. Un évènement catastrophique de type climatique survenu après la dislocation de la Pangée soit il y a environ trois cents millions d’années ? Et qui aurait aussi permis aux marsupiaux tels que kangourous et koalas de se perpétuer ? Cette hypothèse-ci parait la plus vraisemblable. Avec cet animal surgissent des problèmes compliqués du point de vue de l’Évolution sous un angle purement darwinien : doit-on préférer le continuisme au discontinuisme pour caractériser la répartition des espèces en classes laquelle est censée renvoyer à des caractères bien distincts et tranchés ? Si on voulait choisir un plan systématique associé à la première option celle du continuisme, on serait tenté de le représenter par un anneau de Möbius mais doté d’une dimension supplémentaire, soit un hyper-anneau : un ruban torsadé en quatre dimensions -et non plus trois- et qui raccorderait sans rupture les 3 espèces, reptile mammifère et oiseau. Cette vision entraine presque instantanément un conflit quasi-insurmontable avec le darwinisme : l’effet réversif de l’Évolution n’est pas compatible avec la sélection naturelle, concept nettement linéaire chez ce savant et surtout sans raccordements. Le darwinisme laisse cependant une marge de manœuvre, sa doctrine étant résolument antifinaliste… Pas de dessein préconçu, affirmera-t-il dans une lettre datée de 1876. Cette thèse datant de pourtant plus d’un siècle et reconnue par toutes les communautés scientifiques ne semble pas refléter le sentiment de la totalité des Américains : selon un sondage Gallup réalisé en 2001, 45% d’entre eux estiment que l’Évolution n’a joué aucun rôle dans notre survenue puis domination sur cette planète, en privilégiant très nettement le créationnisme pour expliquer notre accession à l’hégémonie en tant qu’espèce. Seulement 12% restants estiment que l’Évolution suffit à elle seule à expliquer notre présence ici-bas sans avoir besoin d’évoquer un quelconque dessein d’ordre divin ou biblique.

L’Arbre de vie comme représentation systématique est maintenant étudié sous le nom d’arbre phylogénétique du Vivant. Il possède de nombreuses variantes et a connu maintes modifications notamment grâce aux progrès de la génétique. Des chercheurs se servent du concept de développement rhizomatique pour parler non plus d’arbre mais d’une forêt phylogénétique de la vie : celle-ci est dite “buissonnante“ dans le cas de la lignée humaine. L’équation de traçabilité susceptible d’expliquer la survenue de l’ornithorynque demeure remplie de paramètres pas toujours identifiés avec certitude. Comment se fait-il qu’ils soient restés ignorés jusqu’ici ? On est tenté ici d’invoquer la fameuse théorie des variables cachées d’Einstein et susceptibles d’apporter quelques lumières sur ce qui demeure pour le moment inexpliqué. Un pari épistémologique sur l’avenir en quelque sorte… Selon Darwin, la situation géographique particulière de l’Océanie a entrainé le fait que la résilience à l’extermination par ses prédateurs a été plus élevée là qu’ailleurs, d’où le fait qu’il ait pu subsister là : les espèces ayant subsisté en un seul endroit ont bénéficié d’une niche écologique. Même si son génome a été identifié presqu’en totalité, la singularité de l’ornithorynque seulement présent sur cette île-continent restera sans doute un mystère pour quelque temps.

Deleuze parle de l’erreur de Descartes, celle d’avoir cru que la distinction entre parties entrainait la séparabilité. On serait tenté de considérer l’ornithorynque comme un animal de type baroque, au sens où suite à cette critique ce philosophe évoque le pli leibnizien pour décrire et parler du fonctionnement d’une construction à plusieurs niveaux : montage avec l’étage d’en bas percé de fenêtres tandis que l’étage d’en haut est aveugle et clos, mais résonnant comme un salon musical des mouvements d’en bas. Dématérialisation de ce que l’on considérait comme des frontières entre espèces de classes différentes ? Ce qui historiquement a différencié voire opposé entre elles ces classes mammifères, reptile et oiseau paraît se réconcilier au travers de cet animal dans un montage étrange réfutant au fil des découvertes l’idée d’une processualité uniforme que l’on avait toujours cru bien définie et tranchée… L’appartenance immuable à telle ou telle catégorie ? La séparabilité des caractères propres associés à chacune de ces classes ? La transversalité introduite par cet animal totalement singulier ainsi que par les autres échidnés remet cette idée en cause. Sur un plan épistémologique, la génétique en tant que science de la nature ne contredit ni n’invalide ce qui précède, pas plus que la Relativité avec la mécanique classique.

Leur espèce fait partie de celles menacées à terme d’extinction, principalement en raison de la destruction de son habitat : elle est aujourd’hui protégée mais n’est pas considérée comme en danger contrairement à d’autres. S’ils supportent mal la captivité et ont du mal à se reproduire dans ces conditions, son taux de mortalité naturelle en liberté reste heureusement faible. Même sans statistiques précises on estime que c’est un animal encore abondant actuellement. Les concepts de Darwin -surtout la sélection naturelle- conservent aujourd’hui encore leur totale opérationnalité parmi les scientifiques, même si dans certains états américains comme l’Utah – et dans certains autres pays aussi !- on considère que le créationnisme doit être enseigné aux écoliers à part égale avec le darwinisme. Au même niveau pour ne surtout pas fâcher les prêtres…

Vous ferez votre choix quand vous serez adultes, mes petits !

L'ornithorynque est-il un lapsus du Verbe ?
Lire la suite

Mon roman "La dimension omega" disponible et édité en numérique chez Bookless

14 Septembre 2014 , Rédigé par la-vague-en-creux Publié dans #culture

Résumé:

Devant une banque new-yorkaise, alors qu'un holdup est en cours, Markus reçoit accidentellement une balle perdue ; on l'a averti quelques instants auparavant qu'un meurtre allait être commis. Il échappe miraculeusement à la mort et tente de comprendre les tenants et les aboutissants de la mystérieuse prédiction. Il élabore la théorie d'une dimension parallèle dans laquelle nos destins s'écriraient. Ne sommes-nous que des jouets dans ce monde qui ne serait que la réplique d'un autre, inaccessible ?

John, lui, mène une double vie : courtier en Bourse à la ville, il est également l'un des criminels les plus recherchés du pays. Des circonstances imprévues lui feront croiser le chemin de Markus et l'un d'entre eux sera amené à prendre une décision radicale.

Dans l'Amérique des années 70, celle des hippies et des beatniks, sur fond de guerre froide et de conflit vietnamien, deux visions de la société s'affrontent qui mèneront à une impasse.

=================+ Commentaires d'éditeurs +==========================

Éditions Le Dilettante: "Un roman plutôt bien écrit..."

Éditions Le Bélial': "Un récit plaisant, porté par une plume élégante..."

Éditions Bookless: "Un roman débordant d'idées, partant dans tous les sens, que l'on ne peut lâcher dès la première ligne absorbée..."

 

♈ ==> Pour voir la page de présentation chez l'éditeur Bookless, cliquez ici ou sur la page Facebook de l'éditeur.

Mon roman est disponible aussi sur Amazon  et actuellement aussi à la Fnac via la plate-forme Kobo.

Nota: sur Amazon, on peut feuilleter les 20 ou 30 premières pages du roman avec l'onglet "Look inside" situé juste au-dessus de la couverture sur la page !  Et télécharger un extrait... Il est ainsi possible de télécharger un passage depuis le début afin de l'examiner tranquillement. Idem sur la plate-forme Kobo de la Fnac où l'on peut aussi en télécharger un extrait.

Pour ceux qui ne détiennent pas de liseuse, cliquer sur ce lien pour savoir comment faire pour lire un e-book sur votre ordinateur très facilement. Cette page-ci contient une liste non exhaustive de soft permettant de lire des e-book.

J'ai aussi une page personnelle sur un site de diffusion de la littérature francophone, le site Annuaire Europe ainsi que sur les réseaux sociaux suivants et associés.

 

Prix: autour de 7 

Bookless editions,  septembre 2014
ISBN Fnac :
1230000270775
Langue :
Français
 
 
 
 
 
 
 
====================
 
 
 
 
 
 
 
En attendant, voici un lien pour des nouvelles en accès libre que vous pouvez télécharger comme La sexualité des androïdes (nouvelle de SF), la Fourmi, l'équation de Rinaldi, l'immeuble qui disparut, l'embouteillage monstre.
 
 
 
Mon roman "La dimension omega" disponible et édité en numérique chez Bookless
Lire la suite

Le génocide oublié des Hereros

3 Juillet 2013 , Rédigé par la-vague-en-creux Publié dans #Société

Genocide-Hereros-copie-1.jpg

 

(Tiré du guide "Namibie" chez Lonely Planet, p.27)

On pourra aussi consulter le document pdf, "Quand le Nazisme faisait ses classes en Afrique", en français.

 

Note: Une rue à Windhoek, capitale de la Namibie, porte le nom du General Lothar von Trotha qui décida de l'extermination des Hereros en 1904. Un monument aux morts allemands de cette période, civils et militaires dans un parc situé en plein centre de la capitale Windhoek est surmonté de l'aigle prussien. Première fois que j'ai vu cela ! De temps en temps, les habitants de la capitale vous aborde avec toujours la même première question: "Sprechen Sie deutsch ?" En guise de réparation les citoyens namibiens n'ont pas besoin de visa pour se rendre en Allemagne. Un certain nombre d'écoles privées furent installées par l'Allemagne à Windhoek et ailleurs, payantes et assez chères...

Une statue équestre en bronze dans la même ville, représente un cavalier militaire des Schutztruppen (alias troupes de protection). Cette statue inaugurée en 1912 est dédiée et uniquement dédiée  aux soldats et citoyens et colons allemands qui moururent durant la période du génocide des Hereros et des Namas. En Pologne, à Varsovie, un monument commémore le génocide des Juifs du ghetto de Varsovie : en Namibie, à Windhoek la capitale, rien de ce genre. (voir la photo ci-dessous). On dirait que les victimes de ce génocide n'ont droit à rien, même pas un seul monument pour honorer leur mémoire.

 

Windhoek1.png                Windhoek2.png

 " Il y a eu également les camps de concentration construits par le général Lothar von Trotha dès 1904 en Namibie (pays d'Afrique) pour éliminer le peuple Herero opposé à la colonisation initiée par le gouverneur Heinrich Göring et aux armées du chancelier Von Bülow. Le désastre humanitaire fut effrayant : plus de 70 000 Hereros morts avant ou dans les camps de concentrations (pour causes de malnutrition, mauvais traitements, exécutions sommaires des malades ainsi que des plus faibles). Il ne faut pas oublier les expériences anthropologiques, scientifiques et médicales transformant les prisonniers hereros en cobayes humains. "

(tiré de Wikipédia, rubrique Camps de concentration)

"C'est dans les camps de concentration de l'Afrique australe que le docteur Eugen Fischer (NDLR: prédécesseur en cela de  Mengele, le médecin d'Auschwitz) a élaboré les théories sur l'hygiène raciale qu'il appliquera aux Juifs sous le IIIe Reich."

(tiré d'un article de Libération du 26 Juillet 2013, "La race ça nous regarde, écrit par le sociologue Éric Fassin)

Les Namas, dont on parle moins, joignent ensuite la résistance des Héréros et subissent le même sort. Après la fin des combats en 1907, alors que les rares survivants (15 à 25 % de la population d'origine) héréros sont dispersés dans la nature, les survivants namas sont internés en camps de concentration (33 à 50 % de la population d'origine survivra à la guerre et aux camps). 

Heinrich Goering, père de Hermann Goering -le fameux inventeur de la Gestapo jugé à Nuremberg et qui se suicidera en prison pressenti par Hitler comme numéro 2- sera le premier gouverneur civil de la colonie bien avant le génocide.

 

Source: Traces de la colonisation allemande à Windhoek et Berlin .

Dans ce document pdf, les auteurs membres d'un institut -Institut sur le racisme et sur les crimes coloniaux localisé à Berlin- s'étonnent et s'indignent sur le fait que cette statue à Windhoek dédiée aux morts allemands de cette période, il ne soit fait mention des soldats et citoyens allemands et uniquement ceux-ci sans jamais prononcer le mot "génocide" et faire ainsi hommage aux miliers de victimes Hereros et Namas.

En 1904, en pleine guerre contre les Hereros et Namas, fut érigé dans la capitale un camp de concentration (KonzentrationsLager, terme attesté dès le 14 Janvier 1905 et qui apparaît pour la première fois en clair sur des documents allemands de l'époque) où furent emprisonnés des hommes, femmes et enfants et où des exécutions eurent lieu. Les soldats allemands avaient ordre de tirer à vue sur quiconque, homme femme ou enfant qui tenterait de quitter le camp. Des expériences médicales furent pratiquées sur ces cobayes humains par le docteur Eugen Fischer, futur membre du parti nazi.

Des photographies témoignent de cela, d'après les auteurs berlinois de cet institut. Voir la photo plus bas qui rappellent certaines photos prises par les GI américains en 1945 lors de la découverte en Allemagne des camps de Dachau, Büchenwald et Ravensbrück.

arton4274-77948.jpg

 

Extrait d'une lettre du Général Von Trotha datée du 4 Octobre 1904:

"La nation Herero devait être soit exterminée, ou dans l'impossiblilité d'une solution militaire, expulsée du territoire. [...] J'ai donné l'ordre d'exécuter les prisonniers, de renvoyer les femmes et les enfants dans le désert. "

 

  • 1903: Révolte des Khoi et des tribus Hereros contre les colons et l'administration allemande.
  • 10 janvier 1904 : Début du soulèvement herero commandé par le chef Samuel Maharero. Witbooi se joint aux insurgés et mène une guerre d'embuscade. Disposant de six mille fusils, ils sabotent les voies de chemin de fer et incendient les fermes. Près de soixante colons allemands sont tués puis encore cent vingt-trois civils allemands. Le 11 juin 1904, le lieutenant-général Lothar von Trotha, nommé commandant en chef des troupes de la colonie allemande du Sud-Ouest Africain, débarque dans la possession du Reich avec pour mission d'en finir avec la révolte des Hereros.
  • 11 août 1904 : Bataille de Waterberg. Victoire décisive contre les guerriers Hereros du chef Samuel Maharero. En les encerclant de trois côtés, Lothar von Trotha ne laissait aux Hereros qu'une seule issue pour fuir : le désert du Kalahari. Alors que ces derniers essayent d'y trouver refuge, von Trotha fait empoisonner les points d'eau, dresser des postes de garde à intervalles réguliers et signe un ordre (Vernichtungsbefehl) de tirer sans sommation à la vue de chaque Herero, qu'il soit homme, femme ou enfant. Des milliers d'Hereros meurent alors de soif dans le désert. La population Herero estimée à 80 000 âmes avant le début de la guerre était réduite à 15 000 individus en 1911 (80 % de la population avait donc été exterminé).
  •  (tiré de Wikipedia, rubrique Sud-Ouest africain allemand)

Une des rares photos des Hereros survivants après la terrible bataille du Waterberg en 1904==>

800px-Surviving_Herero.jpg

 

Génocide, camps de concentration et expérimentations sur des cobayes humains, tout ceci fait penser à un prélude ou à une répétition de ce qui va se passer durant la Seconde Guerre mondiale.

Le génocide des Hereros en Namibie en 1904 fut donc bien un laboratoire de la Shoah quelques décennies avant comme le mentionne le CRAN, Conseil représentatif des Associations Noires.

Lire la suite

Namibie: photos de voyage

9 Mai 2013 , Rédigé par la-vague-en-creux Publié dans #Voyages

Situé sur la facade Ouest juste au-dessus de l'Afrique du Sud, la Namibie est un pays vaste comme une fois et demi la France pour seulement 2 millions d'habitants. Colonie allemande au XIXe siècle puis protectorat sud-africain, ce pays est devenu indépendant en 1990, soit récemment, et compte relativement peu de touristes mais possède néanmoins une bonne infrastructure touristique: une histoire récente mais mouvementée et tragique, car 65.000 Hereros et Namas furent victimes d'un génocide par les SchutzTruppe de Guillaume II au début du XX e siècle (voir l'article précédent). Ensuite, ce pays connu l'apartheid sous la domination et l'occupation de l'Afrique du Sud et de ses Boers. Ce dernier fut cependant moins dur qu'en Afrique du Sud et aujourd'hui, en tant que touriste européen blanc,  on n'en ressent pas les séquelles comme dans ce pays voisin.


Le camping reste le moyen économique de voyager (peu d'infrastructure de transport) mais il vous faudra un 4x4 en raison du nombre restreint de routes goudronnées ... et aussi un guide francophone à certains endroits. Très désertique et aride dans son ensemble  ...  mais avec beaucoup, beaucoup de choses à voir: ne manquez pas les Himbas, qui se recouvrent le corps d'un mélange d'ocre et de beurre afin de se protéger du soleil et des insectes. Ne manquez pas les otaries qui colonisent la côte à Cape Cross et le parc d'Etosha qui mérite une visite à lui tout seul ! Himbas, Bushmen, Hereros et Namas forment -entre autre- une mosaïque de tribus qui ont su préserver leurs traditions et que l'on peut visiter, moyennant cadeaux bien sûr et un respect de leurs us & coutumes ainsi que de leur mode de vie. Un guide local vous expliquera leur mode de vie avec un interprète local et permettra d'appréhender en éco-touriste responsable et curieux ces ethnies singulières.    

 

Flamant-Rose_0765-copy.jpg

      Swakopmund

Desert-Namib_0647-copy.jpg  Naukluft

 

Desert-Namib_0641-copy.jpg

 

idem

 

Divers_0622-copy.jpg

Sur la route, de curieuses formations rocheuses ...

Zebres_0984-copy.jpg

      Troupeau de zèbres, juste avant que la lionne arrive ...

Zebres_0981-copy.jpg

 

Autruches_1225-copy-copie-1.jpg

 

Défilé d'autruches

 

Autruches_1244-copy.jpg

Desert-Moon_0776-copy.jpg 

 

Desert Moon

 

Zebres_0939-copy.jpg

 

Vipere-Cornes_0779-copy.jpg

      Vipère à cornes (peu dangereuse et craintive)

Gnous_0745-copy.jpg 

 

Triptyque de gnous

 

Desert-Namib_0669-copy-copie-1.jpg

 

 Dune 45 (desert du Namib) avec arbre pétrifié au premier plan

 

Desert-Namib_0679-copy.jpg

 

Divers_0785-copy.jpg 

 

Desert cotier - Swakopmund. La Namibie patage avec le Pérou la particularité d'avoir un micro-climat dû à un courant froid au large et qui empêche les précipitations sur cette portion de côte et crée une zone désertique qui arrive jusqu'au rivage.

 

elephants_0970-copy.jpg

      Éléphant nocturne

Girafes_1097-copy.jpg  Singes_1370-copy.jpg

 

Girafes_1221-copy.jpg

 

 

Himbas_0900-adj.jpg                    $

Himbas_0897-copy-copie-2.jpg

Adolescentes Himba

 

 

Lionne-zebres_1000-copy.jpg

      Lionne au point d'eau

Lions_1239-copy.jpg

 

Deux lionnes et un lion traversent la route. J'aperçois au loin un quatrième ..... J'ai juste le temps de shooter quand déboule à leur suite un rhinocéros !!

Otaries_0791-copy.jpg 

Cape Cross, des milliers d'otaries: odeur quasi insupportable et cris ...

 

Point-eau_1051-copy.jpg

      La petite famille ... Dans le plupart des troupeaux d'animaux, ce sont des males qui ouvrent et ferment la marche.

Point-eau_1061-copy.jpg

 

Point-eau_1114-copy.jpg

 

Point-eau_1074-copy.jpg

      Jumbo amène junior se désaltérer ...

Desert-Namib_0665-copy.jpg

      Arbre pétrifié

Desert-Namib_0645-copy.jpg

      Naukluft

Desert-Namib_0637-copy.jpg

      Des oryx , curieux, nous observent ...

 

     

Et pour finir, les chutes Victoria au Zimbabwe !!!

Malheureusement, c'est la fin de la saison des pluies et le débit est tel que les trois-quart des chutes sont masquées par un épais nuage. L'avantage est que les chutes Victoria ne sont qu'à 1h30 d'avion de la capitale namibienne, donc proches.

 


Chutes-Victoria_1274-copy.jpg

Chutes-Victoria_1328-copy.jpg

 

Chutes-Victoria_1346-copy.jpg        Chutes-Victoria_1282-copy.jpg

Lire la suite
Lire la suite

Vue Esprit 10

13 Août 2012 , Rédigé par la-vague-en-creux Publié dans #Informatique

Le logiciel Vue d'esprit est magique.

Une combinaison de ce logiciel -utilisant les fractales- et de Photoshop vous ouvre des portes alors inconnues jusque-là. Deux modules additionnels se révèlent quasi indispensables, EcoPainter et EcoSystem, qui valent 99 $ chacun.

 

➼ Bémol: le site est assez mal fichu (il est en chantier, la société revendeuse en France m'a assuré qu'il serait entièrement revu) et surtout hélas, il n'y a pas actuellement de forum où poser ses questions et/ou exposer d'éventuels problèmes. D'inévitables bugs existent et c'est dommage de ne pas retrouver des forums comme ceux existant sur Photoshop afin de poser ses questions !! Il faut signaler que la modification de la position caméra ou du soleil  s'effectuent de façon discrète et non continue, c-a-d par pas. Plus la scène devient complexe, plus le logiciel rame et parait lent. Et il peut planter ce qui n'est pas agréable ....

Il faut beaucoup de patience des fois... Surtout si vous avez des écosystèmes !

 

 

On peut trouver sur le Net des fichiers .obj, lequel est un format standard de la 3D fabriqué avec divers logiciels tels que Maya (une vraie usine à gaz celui-là!) ou Zbrush ou Blender, etc.

Voici un lien où importer divers fichiers objets 3D que l'on peut retravailler ensuite sous Vue d'Esprit en appliquant diverses matières: attention, certaines matières sont payantes... Il vous faudra alors renflouer votre compte chez eux et/ou sortir la carte de crédit ... ⟳⟲


 

 En quelques clics il est possible de créer une mer avec un ciel, en bénéficiant de nombreuses options: ciel nuageux ou très nuageux ou coucher de soleil, nuages de différents types comme cumulus, cyrrus, strato-nimbus, le tout étant modulable évidemment. La mer peut être calme ou agitée. On peut y rajouter des surfaces fractales telles que canyon ou cavernes, ou des mornes tel le Nouveau-Mexique afin de se croire dans un western de John Ford. La création d'univers est facile: Fantasy, science-fiction, merveilleux, îles paradisiaques avec des plages plus vraies que nature, une eau encore plus vert-bleue que sur les prospectus !! À partir de là, vous pouvez donner libre cours à votre imagination: l'architecture et le design sont aussi possibles.

On peut y adjoindre des planètes et des routes, des forêts aussi. Le maniement est assez simple, quoiqu'il faille vous farcir 360 pages de documentation: mais à partir de la cinquantième, vous avez assez d'éléments pour commencer à créer sans rentrer dans toutes les subtilités d'un coup. Certaines vues fournies en extra font penser au romantisme dans le dessin, et au romantisme allemand en particulier. Comme on est en 3D et que l'élément de base est le polygone et que la quantité dépasse couramment un million de polygones, il vaut mieux avoir une bécane performante et augmenter la taille de la pile allouée aux rendus. Il vaut mieux aussi être patient lors des rendus et de certains chargements: ainsi, supprimer les anciens rendus vous fera gagner de l'espace mémoire et du temps. Aussi, il est préférable de quitter les autres applications car Vue d'Esprit est très gourmand en temps CPU, surtout pour les rendus !

La version de base (téléchargeable ou sous forme de CD qu'on vous envoie par la Poste) coute environ 160€ et vous pouvez y adjoindre des modules complémentaires qui vous feront arriver à la version suivante, d'une valeur de 500€ environ. Il existe une version professionnelle à plus de 1000€ aussi.

L'installation est très simple et une hot-line vous dépannera sans trop de problème. Il faut comprendre les notions de base de la 3D comme le mesh (maillage-fil de fer et boites) ainsi que comment jouer sur  les positions de caméra. Les experts pourront créer des animations: l'installateur offre en exemple  un panorama de différentes animations toutes plus bluffantes les unes que les autres.

 

Alterlinks1

 

Alterlinks2 

 

Tutoriel vue esprit avec comme exemple, comment faire une caverne

 

Site dédié Cornucopia

 

Forum Cornucopia avec une section débutants (il faut s'inscrire)

 

Voici une gallerie d'images créées avec  Vue d'Esprit:

 

Gallerie 1

 

Gallerie 2

mer-calme-ciel-nuageux-40x30.jpg
ptero-canyon2-24x14.jpg
La première photo est une combinaison de Vue Esprit 10 et Photoshop CS6, la seconde et les suivantes sont de Vue Esprit uniquement: il m'a fallu seulement 3 jours pour débuter sur Vue d' Esprit et comprendre les fonctionnements de base pour arriver à ces résultats.
 
ile-arbres-copie-2.jpg
3-immeubles-futuristes-copie-1.jpg
sommet-enneige-v4-baleine-mer-30x40.jpg
 
Lire la suite

😄 Perles de copies d'élèves à l'approche du bac

2 Juin 2012 , Rédigé par la-vague-en-creux Publié dans #Société

      Á l'approche du bac les copies d'élèves regorgent de perles recensées par les enseignants dans les copies.

En voici quelques-unes. (tiré de Libération, 2-3 Juin 2012, page 14)==>

perles-13.21.55.jpg

Pascal n'arrivait pas bien à réfléchir, donc il a écrit ses pensées.

 

Karl Marx est un philosophe qui a beaucoup écrit sur le travail, mais qui n'a jamais travaillé .

 

La philosophie consiste à trouver des réponses pour les choses qui ne posent pas de question.

 

Beaucoup d'hommes politiques font partie de l'ENA, École Nationale de l'Admiration.

 

La situation en Afrique est perplexe.

 

Staline punissait sévèrement ceux qui n'étaient pas contents envers le régime ultra-communiste en les envoyant dans la campagne manger du goulasch.

 

De Zola on retiendra Nanas, la Bête inhumaine et la Bonne du curé.

 

La majorité des Français ont voté non à la prostitution européenne.

 

Les seuls insectes qui ne meurent pas sont les coccinelles, car tout le monde sait qu'il ne faut pas les tuer.



 

Et juste pour rire, tiré du Courrier International:


Le chef de l’Etat kalmouk été kidnappé par des extra­terrestres, comme il l’a révélé le 26 avril, lors d’une interview télévisée. Le 18 septembre 1997 au soir, Kirsan Ilioumjinov était en train de s’assoupir dans son appartement de Moscou quand il a entendu quelqu’un l’appeler de son balcon. Là, il a vu “un tube à demi transparent” dans lequel il est entré, et où il a rencontré des humanoïdes portant des combinaisons spatiales jaunes. Les aliens l’ont emmené à bord de leur vaisseau spatial pour le ramener chez lui le lendemain matin, alors que son chauffeur et deux collaborateurs s’apprêtaient à ratisser la ville faute de l’avoir trouvé dans son appartement. “On me demande souvent dans quelle langue je leur parlais. Ça devait plutôt être un échange d’idées”, a déclaré le leader de cette république bouddhiste de la Fédération de Russie.

Ces révélations inquiètent en haut lieu. Le député russe Andreï Lebedev a écrit au président Dmitri Medvedev, indique le Moscow Times : il craint que Kirsan Ilioumjinov n’ait révélé des secrets d’Etat à ses kidnappeurs. Le numéro un kalmouk, à la tête de son pays depuis dix-sept ans, est aussi président de la Fédération internationale des échecs (FIDE).

 

nain-jardin.jpg

 



 


Lire la suite

✡ Désobéissance civile: Comment la communauté juive bulgare fut sauvée

12 Mai 2012 , Rédigé par la-vague-en-creux Publié dans #Société

Tiré de la Ligue des Droits de l'homme à Toulon

par Olivier Maurel - La non-violence active, éd. La Plage, août 2001

 

La Bulgarie est le seul pays d’Europe où les nazis se soient trouvés dans l’impossibilité de procéder à la déportation des Juifs. Sur les cinquante mille Juifs bulgares, aucun n’a péri en camp de concentration. Le processus de déportation avait pourtant été engagé ; mais il a été arrêté définitivement au cours de l’été 1943, c’est-à-dire un an avant l’entrée des troupes soviétiques en Bulgarie.

Si, dans l’état actuel des connaissances, il existe quelques doutes sur le rôle du roi, du gouvernement bulgare et du parti communiste clandestin, il n’en existe aucun sur le fait que la population bulgare a fait obstacle, par des moyens non-violents, à la déportation.

La situation des Juifs de Bulgarie avant 1941

La Bulgarie avait été soumise pendant près de cinq siècles à la domination ottomane. Chrétiens orthodoxes et Juifs s’y trouvaient alors dans une situation semblable, celle de citoyens de seconde zone, les dhimmis. Pendant la guerre qui libéra le pays des occupants turcs, en 1877, les deux communautés, chrétienne et juive, combattirent côte à côte, ce qui fit naitre entre elles un sentiment de solidarité rare en Europe.

Cependant, dès le début de 1939, et donc bien avant que la Bulgarie ne devienne une alliée officielle de l’Allemagne nazie, des organisations bulgares pro-nazies, sans doute très minoritaires, organisent des manifestations contre les Juifs et, en septembre, des attaques contre les magasins juifs de Sofia. Selon les autorités communistes au pouvoir en Bulgarie jusqu’en 1990, le Parti Ouvrier Bulgare aurait alors dénoncé ces violences.

En 1940, le gouvernement ayant été confié par le roi Boris III à Bogdane Filov, germanophile convaincu, des mesures officielles commencent à être prises contre les Juifs. Ces mesures, regroupées dans une Loi sur la défense de la nation, déclenchent, entre octobre 1940 et janvier 1941, une série de protestations émanant de tous les milieux. L’Église orthodoxe, les intellectuels, les écrivains, les organisations ouvrières manifestent leur opposition absolue à cette loi qui est cependant votée à la fin du mois de janvier 1941.

La Bulgarie alliée des nazis : premier essai de déportation

Le 1er mars 1941, la Bulgarie adhère au Pacte tripartite et devient ainsi, officiellement, l’alliée de l’Allemagne. Les armées allemandes entrent alors en Bulgarie d’où elles attaquent, en avril, la Grèce et la Yougoslavie. Les armées bulgares ne participent pas à cette agression mais sont ensuite chargées par les Allemands de contribuer à l’occupation de ces deux pays.

La situation des Juifs s’aggrave alors. Nombre d’entre eux est  assigné à résidence et un impôt spécial est créé, permettant à l’État de s’emparer du quart de leurs biens.

En juin et juillet 1942, le gouvernement bulgare reçoit les pleins pouvoirs pour la résolution de la "question juive". Il crée alors un commissariat spécial aux questions juives qui introduit le couvre-feu obligatoire, des rations alimentaires réduites, le port de l’étoile jaune. Les Juifs ne peuvent plus quitter leur lieu d’habitation ni posséder récepteurs de radio et appareils téléphoniques. Leurs maisons doivent être signalées par un écriteau, certains lieux publics leur sont interdits et leur activité économique est limitée. Et, lorsque le Ministère des Affaires étrangères allemand donne l’ordre de déportation, son homologue bulgare répond : "Le gouvernement bulgare accepte la proposition du gouvernement allemand de procéder à la déportation de tous les Juifs de Bulgarie".

Mais, au mois de septembre, suite à de nouvelles mesures antijuives, le métropolite [prélat orthodoxe] Stéphane de Sofia affirme dans un sermon que Dieu a déjà suffisamment puni les Juifs d’avoir cloué le Christ sur la croix en les condamnant à l’errance et qu’il n’appartient pas aux hommes de les torturer et de les persécuter davantage. A l’intérieur du gouvernement, certains ministres semblent hésiter. Le Ministre de l’Intérieur accepte ainsi, à la consternation des Allemands présents, de recevoir pendant une demi-heure une délégation de Juifs venus lui apporter une pétition. Un autre refuse de signer un décret prévoyant de nouvelles mesures. Le ministre de la Justice exige que le port de l’étoile ne soit plus obligatoire et qu’on mette fin à toutes les expulsions.

En janvier 1943, Théodore Danecker, qui avait déjà organisé la déportation des Juifs de France, prend en main celle des Juifs bulgares vers "les régions orientales du Reich" (en fait : la Pologne). Mais, craignant une résistance de la population, il décide de procéder par étapes. On commencera par déporter 20.000 Juifs, dont ceux de Grèce et de Yougoslavie, soit 11.343 personnes, auxquels on ajoutera 8600 Juifs bulgares, choisis parmi les Juifs "riches et éminents".

La déportation des Juifs grecs et yougoslaves fut subite et brutale. Conduits à travers la Bulgarie par deux trains jusqu’au port de Lom sur le Danube, ils furent ensuite transbordés sur quatre bateaux bulgares jusqu’à Vienne, via Belgrade et Budapest, puis conduits à Treblinka. Pendant la traversée de la Bulgarie, la population bulgare fit preuve de solidarité envers les déportés, mais le convoi ne put être arrêté. Mais lorsqu’il s’agit de déporter les 8600 Juifs bulgares prévus, les choses se compliquèrent. Ils devaient être rassemblés de trente quatre villes bulgares et envoyés dans des centres de regroupement à Pirot et à Radomir avant d’être déportés en Pologne.

A Kustendil, ville située à l’ouest du pays et où vivaient 940 Juifs, le début des opérations de regroupement provoqua une vague d’indignation. Des délégations se rendirent à la mairie pour protester contre ces mesures. De nombreux télégrammes puis une délégation composée de personnalités furent envoyés à Sofia. La protestation prit une telle ampleur que le ministre de l’Intérieur ajourna l’ordre de déportation de Kustendil. Quarante trois députés qui avaient pourtant voté la loi antijuive "sur la défense de la nation" envoyèrent une note au Premier Ministre pur s’opposer à la déportation.

A Plovdiv, 1500 à 1600 Juifs furent arrêtés dans la nuit du 9 au 10 mars. Comme à Kustendil, la population protesta par tous les moyens possibles. Le métropolite de Plovdiv, Cyrille, envoya des télégrammes de protestation au roi et au gouvernement, déclarant qu’il accompagnerait avec la croix les Juifs bulgares jusqu’en Pologne et qu’il renoncerait à sa loyauté envers l’Etat si la déportation n’était pas suspendue. Dès le lendemain, les autorités libéraient les Juifs arrêtés.

A Doupnitsa, le métropolite Stéphane, de Sofia, fut le témoin involontaire des arrestations. Indigné, il envoya un télégramme au roi Boris III : "Ne persécute pas les gens pour ne pas être persécuté à ton tour. Qui sème le vent récolte la tempête. Sache, Boris, que des cieux, Dieu voit chacun de tes actes."

Le 15 avril 1943, les membres du Saint-Synode rencontrèrent Boris III et demandèrent l’arrêt des mesures de déportation. Le roi et le gouvernement cédèrent et la déportation fut provisoirement suspendue.

Belev, le commissaire chargé des questions juives, et le SS Danecker dénoncèrent cette suspension comme une atteinte à l’accord signé avec l’Allemagne. Mais ils ne pouvaient agir de leur propre chef.

Deuxième tentative de déportation : mai 1943

Le 17 mai 1943, le commissaire chargé des questions juives propose un nouveau plan de déportation : tous les Juifs devaient être rassemblés à Sofia et dans quelques villes de province, puis transportés sur le Danube jusqu’à Lom et Somovit où les Allemands les prendraient en charge.

Le jour fixé pour le départ fut le 24 mai, date d’une fête religieuse bulgare dont les autorités espéraient qu’elle serait peu propice à des protestations.

Mais, malgré toutes les précautions prises, la nouvelle fut connue et rapidement diffusée. Et il se produisit alors une chose incroyable en Europe sous l’occupation nazie : une foule vint manifester devant le palais du roi, foule estimée par certains à dix mille personnes, au cri de "Nous voulons que les Juifs restent."

L’attaché de police allemand Hoffmann écrivit dans son rapport à la Gestapo, le 7 juin : "Le 24 mai, un grand nombre de manifestants tentèrent d’aller protester devant le palais du roi. La police les en a empêchés, arrêtant 400 personnes (...) Si la déportation des Juifs en Bulgarie se fait dans d’autres circonstances et pose plus de difficultés que dans d’autres pays subordonnés au Reich, il ne faut pas oublier que le gouvernement bulgare ne peut pas trancher d’un seul coup cette question, mais qu’il doit se prémunir contre les conséquences politiques tant dans le pays qu’à l’étranger."

Quant à l’ambassadeur allemand à Sofia, Beckerle, il écrivit le même jour à son gouvernement que les Bulgares "ne distinguent pas chez les Juifs des défauts susceptibles de justifier des mesures particulières à leur égard" et "sont particulièrement dépourvus de la compréhension idéologique allemande."

Cette manifestation n’empêcha pas l’assignation à résidence en province des Juifs de Sofia. Mais les protestations se poursuivirent, montrant que l’opinion publique n’était nullement prête à accepter la déportation des Juifs.

Troisième tentative de déportation : juin à octobre 1943

Comme on s’en doute, le gouvernement Allemand ne démordait pas pour autant de son plan de "solution finale".

En juin 1943, il envoya à Beckerle l’ordre de faire de nouveau pression sur le gouvernement bulgare. Beckerle répondit piteusement le 7 juin : "Je vous assure que nous faisons ici tout ce qui est en notre pouvoir pour parvenir de manière satisfaisante à une liquidation définitive de la question juive. Malheureusement, les pressions directes ne donnent strictement aucun résultat. Les Bulgares vivent depuis si longtemps avec des Arméniens, des Grecs, des Tziganes, qu’ils sont tout bonnement incapables de comprendre le problème juif". Il ajoutait toutefois que l’expulsion de 2000 à 3000 Juifs de Sofia touchait à sa fin, qu’ils étaient logés dans des écoles et qu’ils seraient déportés à la rentrée.

Le commissariat aux questions juives, cependant, élabora un troisième projet de déportation, le 1er juillet 1943. Il s’agissait de réunir les Juifs internés dans dix -sept petites villes, à proximité d’une voie ferrée afin de faciliter le transport des Juifs en Europe de l’Est. On continua donc à interner les Juifs des grandes villes du pays dans les écoles des petites villes, à raison de 50 à 60 personnes par salle, dans les conditions qu’on peut imaginer.

Mais la déportation ne put avoir lieu car la pression de l’opinion publique était entretenue par la radio et les journaux clandestins.

L’ambassadeur allemand dut reconnaitre son échec le 18 août 1943 : "Pour le moment, il est inutile d’insister pour cette déportation. Il faut tenir compte du désir évident du gouvernement bulgare d’éviter pour l’instant toute sorte de collision politique intérieure découlant de la question juive, tout comme de faire sensation au delà des frontières du pays. Il faut remettre le règlement de la question juive à plus tard, lorsque les succès remportés par l’Allemagne ressortiront au premier plan."

Après la mort du roi Boris III dans des circonstances restées obscures, au retour d’une visite rendue à Hitler, le gouvernement fut remanié et le nouveau ministre de l’Intérieur dut reconnaître : "la question devient toujours plus préoccupante. Ceci est dû au fait que nous n’avons pas réussi à les déporter. Il ne peut plus être question de revenir en arrière... Nous n’allons plus déporter les Juifs. Ils resteront là où ils sont.."

C’est effectivement ce qui se passa. Les Juifs connurent des conditions de vie très dures mais aucun d’eux ne fut déporté.

Le 30 août 1944, quelques jours avant l’entrée des troupes soviétiques en Bulgarie, la législation antijuive fut abrogée.

On a quelquefois attribué l’échec de cette déportation aux revers subis par les Allemands sur le front russe et sur le front italien. Mais il suffit d’observer les dates et de comparer avec ce qui s’est passé dans les autres pays pour voir que ces revers n’y sont pour rien.

En effet, dans les pays où les déportations ne se sont pas heurtées à une opposition aussi déterminée, les opérations de déportation se sont poursuivies jusqu’aux derniers moments de la guerre. Ainsi, en France, le dernier convoi pour Auschwitz a quitté le camp de Drancy le 31 juillet 1944, soit près de deux mois après le débarquement de Normandie et alors que la situation des troupes allemandes était pratiquement désespérée. En Hongrie où les troupes allemandes n’ont pris en main la déportation des Juifs qu’à partir de mars 1944, ils l’ont poursuivie jusqu’en novembre de la même année, alors que les troupes soviétiques se trouvaient à 160 kilomètres seulement de Budapest.

Or, en Bulgarie, les tentatives de déportation ont dû cesser plus d’un an avant que les troupes soviétiques n’entrent en Bulgarie. C’est bien la résistance civile du peuple bulgare, et elle seule, qui a sauvé la communauté juive de ce pays.

P.-S.

Sources :

 

- Hannah Arendt : Eichmann à Jérusalem, Gallimard, 1963. 
- David Benvenisti : Les Juifs de Bulgarie sauvés de l’holocauste, Sofia-Presse, 1988. 
- Raul Hilberg : La Destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988. 
- Léon Poliakov : Bréviaire de la haine, le IIIe Reich et les Juifs, Ed. Complexe, 1979.

Lire la suite

👱 Sécurité, confidentialité, surfer en toute quiétude

27 Avril 2012 , Rédigé par la-vague-en-creux Publié dans #Informatique

bon-plan.jpg

Le Mac est relativement bien protégé.

Il existe une floppée d'antivirus comme MalwareBytes ou Sophos qui fonctionnent très bien. N'oubliez pas de faire des MAJ régulièrement surtout avec Sophos et les autres: l'imagination des hackers est sans limites et tous les quelques temps, des pirates s'introduisent dans des systèmes apparemment bien protégés comme Yahoo, des banques voire la NSA.

Il n'y a qu'à suivre les actualités pour se rendre compte que si des hackers arrivent à pirater le NSA pour leur dérober un précieux virus Windows qu'ils avaient fabriqué on ne sait trop dans quel but  (un  comble, la NSA étant le service américain de renseignements et de sécurité le mieux protégé du monde) alors arriver jusqu'à votre ordi n'est plus qu'un jeu d'enfant !!

Les ingénieurs d'Apple ont multiplié les protections, amélioré considérablement l'interface utilisateur (GUI), à tel point que d'autres fabricants de logiciels ont parfois de la peine à suivre. Depuis Mountain les synchronisations se multiplient avec d'autres interfaces comme l'iPad ou les mobiles, avec un lien sur iCloud qui devient grandement facilité et automatisé. On peut s'interroger sur le sens de cette gigantesque centrale d'informations qu'est en train de devenir le Web. Bien sûr l'intérêt notamment avec iCloud est évident: plutôt que se promener à travers le monde au gré des voyages et/ou emplois avec son disque dur dans ses valises, il suffit de synchroniser les contenus de ses disques avec iCloud pour pouvoir jouir d'une grande mobilité sans les inconvénients liés au transport de supports physiques comme des disques externes, susceptibles de perte ou de vol. Évidemment, cette grande souplesse requiert des moyens accrus de sécurisation des données : les pirates n'ont qu'à bien se tenir mais cela leur ouvre hélas de nouvelles possibilités.

Je découvre sans arrêt de nouveaux raccourcis claviers -des fois par hasard !- qui facilitent la vie  et assouplissent considérablement l'utilisation du Mac.

La version de Lion s'appelant Mountain Lion 10.8 (nous en sommes maintenant à 10.12 avec Sierra) a introduit le sandboxing ou bac à sable. Beaucoup d'applications sont "signées" par Apple: qu'est-ce que cela signifie ? Tout développeur peut demander un certificat à Apple, qui se charge de "signer" l'application. Cela évite l'ajout de malwares ou logiciels indésirables à une application. Peu d'applications sont encore "signées" mais avec la nouvelle version beaucoup le seront dorénavant. Ce sera notamment le cas des applis en vente sur AppStore. Celles qui ne seront pas signées seront confinées de façon à obtenir une meilleure étanchéité et protection de votre Mac: elles n'auront accès qu'à certains emplacements bien déterminés de votre Mac, évitant l'installation de malwares ou logiciels espions. Il est effectivement impossible d'installer des applis "non certifiées": elles doivent provenir d'AppStore ou de développeurs assermentés par Apple avec Mountain Lion (ou OS postérieur) installé en tant que système.

Néanmoins en allant dans les Préférences système, onglet Sécurité et Confidentialité , vous pouvez déverrouiller ces préférences et vous avez le choix entre trois cases à cocher qui vous autorise les téléchargements suivant ces 3 possibilités:

— uniquement en provenance de Mac AppStore

— de Mac AppStore et de développeurs identifiés

— n'importe quelle application

 

Lorsque vous avez installé un nouveau système, n'oubliez pas de lancer les réparations disque des permissions juste après. 


 

Le principal danger vient du Net et des téléchargements dont on ne connait pas forcément la provenance.

Un des malwares (ou spywares) typique est le cheval de Troie, ou Trojan Horse. Il se rajoute à des programmes dans le but de vous espionner. À titre expérimental, j'en ai réalisé un très simple qui ne fonctionne que sous UNIX et ne comporte qu'une quinzaine de lignes de code: c'est quasi indétectable... Il existe un programme système qui s'appelle Package Maker et donc on peut transmettre des virus et autres (sales!) bestioles sur son disque dur: n'installez pas n'importe quoi !! Les versions postérieures à Lion (ça remonte!) isolent les programmes suspects d'avoir été infiltrés.

Chien-SPA

L'utilitaire UNIX md5 permet de vérifier la checksum de votre fichier, des fois que quelqu'un aurait rajouté par inadvertance (?!) quelque chose de pas clair aux fichiers que vous avez téléchargés. Donc si Upload ou MegaLoad, etc. vous donne la checksum d'un fichier, vous pouvez vérifier à l'arrivée si la checksum correspond avec md5. Ça permet de s'assurer qu'à l'arrivée, ça correspond à ce qui est attendu et qu'il n'a pas été bidouillé entre les deux.

Depuis la  dernière version 10.7.4 de Lion, Apple a multiplié les protections et comblée des failles et progresse constamment. Idem pour les MAJ successives de Safari qui protègent contre certaines failles notamment dans Adobe Flash Player... Depuis la version 10.8 de Mountain Lion, Apple a privilégié la sécurité (signature des applis) et les échanges avec iCloud avec des sauvegardes améliorées. Si une appli est non signée vous ne pourrez l'ouvrir qu'après être allé faire un tour dans les Préférences Sécurité et Confidentialité et autorisé son ouverture.

Repasser le réparateur de permissions après une récente MAJ de l'OS peut s'avérer nécessaire...  Pour savoir quelles sont les applications qui sont actuellement "sandboxisées" ouvrez le Moniteur d'activité, faites un clic droit sur la ligne PID, Nom de l'opération, utilisateur, et il apparait un item "Environnement contrôlé" que vous sélectionnerez: cela vous liste l'ensemble des applis protégées et confinées sur votre Mac et en cours d'opérations.


Les principaux points faibles sont Safari et Adobe, donc n'hésitez pas à faire les mises à jour lorsqu'on vous les propose. Sur certains logiciels, les failles de sécurité sont assez nombreuses hélas...


 

— Vous pouvez désactiver le partage de vos fichiers et dossiers (section Partage dans les Préférences Système) , aussi faire un scan avec Sophos anti-virus ou Lion Cache Cleaner (item Disinfect) de temps à autre.

— Aussi dans l'onglet Sécurité et confidentialité dans les Préférences Système, il est utile d'activer la case 'Mettre à jour automatiquement la liste des téléchargements sûrs'.

— Vous pouvez verrouiller l'écran par l'option 'Exiger le mot de passe' après la suspension d'activité dans le même onglet.

— L'option 'Désactiver le redémarrage sur Safari lorsque l'écran est verrouillé' permet par géo-localisation de retrouver le malfrat qui vous a dérobé votre Mac si vous avez coché la case 'Localiser mon Mac ' sous iCloud. Ne touchez pas à la première ! C'est justement le fait de ne pas cocher cette case qui permettra de géo-localiser votre Mac lorsque votre malfrat essaiera de se connecter sur Safari via un compte invité.

Sur iCloud (Préférences sytème) vous aurez bien sûr coché la case 'Localiser mon Mac'.

— FileVault permet de chiffrer les données de votre disque dur: attention, si vous perdez le mot de passe ou la clé de secours, impossible de retrouver vos données !

— Dans l'onglet Utilisateurs et groupes dans les Préférences Système, il est utile de positionner dans les Options (petite fenêtre)  la case 'Ouverture de session automatique' sur Désactivée.

— Lorsque vous êtes chez vous, le boitier fourni par votre société fait office de pare-feu: il est donc inutile de l'activer. Par contre, en déplacement, cela peut se révéler nécessiare car votre Mac devient perméable aux attaques. Dans l'onglet Sécurité et confidentialité dans les Préférences Système, il est utile d'activer la case 'démarrer' du menu 'Coupe-feu'. Lorsque vous l'activez, il existe des options dans l'onglet 'Avancé'. 'Bloquer toutes les connexions entrantes' paraît normal et raisonnable: rien ne pourra entrer dans votre Mac. Vous ne pourrez plus jouer aux échecs par exemple contre des internautes; par contre vous pourrez surfer normalement. 'Activer le mode furtif' a pour effet de rendre votre Mac invisible sur le réseau. Votre Mac ne répondra plus aux commandes de type Ping.

Si vous activez le coupe-feu au niveau maximum, il vous faudra hélas vous passer d'une imprimante en connexion sans fil : hé oui, on peut pas tout avoir non plus. Non mais qu'est-ce que vous croyez ?💄

— Vous pouvez désactiver Bluetooth dans les Préférences système: ça fait une porte d'entrée de moins pour les apprentis hackers. Si vous utilisez un clavier ou une souris sans fil, activez Bluetooth mais en décochant la case Détectable. Cela rendra les intrusions plus difficiles. Normalement si vous êtes dans une ancienne version de MacOS, ce logiciel Achiwa détecte les intrus qui essaie de se connecter à votre ordi via le réseau.

—Il peut s'avérer important de créer un nouveau compte qui n'a pas accès aux droits administrateur (compte 'Standard') lorsque vous surfez en Wifi au cyber-café ou dans un hôtel. Ainsi, un éventuel hacker ne pourra avoir accès à votre mot de passe root, ce qui limite les opérations indélicates !!!

Pour résumer, lors d'un voyage ou au cyber-café, surfer grâce à un compte non-administrateur, désactiver les partages et Bluetooth en décochant la case 'Détectable', activez le pare-feu et bloquez toutes les connexions entrantes.

Le logiciel Achiwa qui fut disponible un temps (gratuit) sous AppStore permet de tester de façon efficace votre niveau de sécurité en voyage ou lorsque vous utilisez la Wifi en public. Par exemple, préférez vous connecter à des réseaux avec le protocole WPA2 plutôt que WEP, moins sécurisé en Wifi, et vérifiez que le nombre de ports ouverts n'est pas excessif... Il y a mieux que Achiwa qui ne fonctionne apparemment pas sous Sierra : c'est le logiciel WhoisonmyWiFi qui détecte tout ce qu'il y a de connecté autour de votre ordi. En général si on est optimiste vous ne trouverez que votre ordi, votre routeur, votre imprimante et votre connexion Ethernet s'il y en a une.
 
— Pour avoir des infos sur votre connexion, appuyez sur la touche Alt en sélectionnant l'icône représentant le Wifi dans la barre du Finder: mode PHY, Connexion BSSID, Canal, Sécurité (WEP ou WPA), RSSI ainsi que vitesse de transmission sont affichés en grisé.
Ce sont des informations relatives aux routeurs, infos relativement techniques, à part le mode sécurité qui vous permet de déterminer si votre connexion est sécurisée par WPA .
Attention, la version Yosemite puis Sierra de ce logiciel sympathique n'est pas (encore!) totalement opérationnelle.
Chez moi, il dit la première fois qu'il y a une période d'essai gratis de 15 jrs mais la deuxième fois que je l'ai lancé, ça ne fonctionnait déjà plus ! Il manquait je-sais-pas-quoi au lancement...
Sans_titre.jpg
 
Pour localiser les réseaux WiFi en public ouvrez l'onglet Réseau dans Préférences système et cliquez sur Avancé. Normalement, le type de protocole est indiqué à côté du nom du réseau WiFi.
Le plus sûr est WPA2. Pour en savoir plus, connectez-vous sur cette page d'Apple.
 
L'utilitaire Web Security sur AppStore (7.99€) vous permet de vérifier le contenu des sites: fiabilité, visibilité par des enfants ou ados, etc.
Cherchez l'adresse IP de votre ordi grâce aux préférences système onglet Réseau. Normalement si c'est 192.168.0.5 , lorsque vous tapez l'URL 192.168.0.1 sous Safari vous arrivez sur votre routeur qui vous donne accès à des tas d'informations surtout la nature du chiffrement: WEP, WPA etc. Attention car si vous le changez la nature du chiffrement en optant pour un plus sécurisé, il vous faudra un nouveau MDP pour avoir de nouveau le WIFi et seul votre prestataire de service via la hotline pourra vous le donner !
 
Sous Safari:
 
— Dans les Préférences, sous l'onglet Général, désactivez l'option "Ouvrir automatiquement les fichiers fiables". C'est un peu contraignant certes, mais à prudent, prudent et demi...
 
— Dans l'onglet Sécurité, il faut que toutes les options soient cochées.
— Dans l'onglet Confidentialité, vous aurez la liste de tous les cookies que les sites ont déposés à votre insu sur votre ordinateur.
 
Certains sont utiles: ainsi si vous êtes abonné à la liste du Monde ou n'importe quel journal, le cookie idoine vous permettra de vous connecter sans réentrer systématiquement votre login et mot de passe à chaque connexion... MAIS BEAUCOUP DE COOKIES SONT LÀ on se demande pourquoi ???
 
Un peu de ménage de temps en temps peut améliorer la sécurité et confidentialité de votre Mac.
 
Remarque:
 
— Certains informaticiens -pleins de bonnes intentions sans doute- vous proposent des scripts ou des programmes alléchants destinés à améliorer le fonctionnement de votre machine, de iTunes ou Safari visant à paramétrer des préférences "cachées". REFUSEZ!
 
En essayant un script alléchant au hasard d'un surf sur le Net, j'ai mis une semaine à devoir tout remettre en ordre sur mon ordi. Ils vous proposent des packages et impossible de savoir ce qu'il y a dedans, sauf qu'un moment votre ordi se met à dysfonctionner ou à fonctionner bizarrement...
 

Capturer.png

Lire la suite

Une honte de plus pour l'Allemagne: le triste sort des enfants franco-allemands

5 Avril 2012 , Rédigé par la-vague-en-creux Publié dans #Société

 

 

Un jour, Auschwitz vient frapper à votre porte pour vous dire que ce n'est pas fini. 

Que ça peut continuer ou pire recommencer. Et ce jour-là demeure dans votre mémoire comme un des plus terribles de toute votre vie. Gravé dans votre mémoire à tout jamais. On prend les mêmes et on recommence: l'humanité apprend-elle quelque chose de l'Histoire ? Peut-être ce qu'il y a de pire : non pas le recommencement et/ou de nouvelles horreurs (on sait de quoi l'humanité est capable) mais la continuation et la répétition de l'horreur datée et marquée par l'Histoire associée à des millions de morts et des génocides, voulue et désirée et proclamée par certains : pas de morale, pas de tabou, pas de limites. Pas de frontières. Comme si un des pires crimes de l'Histoire n'avait pas eu lieu et que certaines personnes non seulement s'en foutaient complètement mais entreprenait un travail actif de négation de la Mémoire en commettant un acte abject et irréversible sur le plan de la Conscience. Certaines personnes ne sont susceptibles ni de réagir ni de se révolter contre l'abjection mais bien de continuer. Commettre et répéter. Tirer un trait sur le passé terrible.

 La Seconde Guerre mondiale n'a pas eu lieu ???? Le travail de mémoire (ou le devoir de mémoire) est toujours bienvenu dans ce monde !

     Ça fait 20 ans que ça dure, ces histoires d'enlèvements d'enfants par l'Allemagne et pas l'ombre d'une solution. L'Empire contre-attaque... Où sont donc passés les chevaliers Jedi ?

"L'humanité n'a rien de plus pressé que d'oublier les drames et tragédies du passé pour pouvoir recommencer. " ( Bertolt Brecht)

"Sans les lois, ce serait la guerre de tous contre tous." (Thomas Hobbes)

Et l'inoubliable:

"Quand j'entends le mot culture, je sors mon revolver." (Goebbels)

==============================Le schéma guerrier========================

Lliberté, égalité, fraternité ? Seul le troisième terme, la fraternité, possède un sens ou une acception quasi-immédiate, tout comme le terme de "solidarité". Tout le monde sait  de quoi il s'agit ou de quoi on parle sans qu'on ait besoin forcément d'expliquer le sens de ces termes. 

Au travers de ces sinistres histoires de kidnappings d'enfants franco-allemands, on assiste à un "retour du bâton" qui a commencé il y a un peu plus de 25 ans, soit peu après la réunification.  Donc peu après la chute du Mur de Berlin, vécue comme une grande libération même et surtout en France. En termes psychanalytiques, on pense assister à un retour du refoulé surfant sur les thèmes DE FOND  de la réconciliation et du rapprochement franco-allemand.

Très vraisemblablement, de très nombreux Français (et aussi des Allemands) souhaitent vraiment que l'Europe marche et fonctionne au travers de la réconciliation et du rapprochement franco-allemand entreprise dès la fin de la guerre par De Gaulle et  Adenauer pour éviter tout nouveau conflit entre nos 2 pays. Un militantisme européen fondé sur la paix et la fraternité.

Surface visible et émergente que ces 2 thèmes, réconciliation et rapprochement ? Termes qui cachent obscurément une réalité bien moins belle et nettement moins réjouissante dans les faits ? La paix n'est jamais gagnée... En France, les medias ne parlent quasiment pas de ces problèmes hyper-douloureux, surtout pour ces pères français qui se font emmener au commissariat lorsqu'ils tentent de voir leurs enfants (comme Guy Claude à Treves en Allemagne) ou d'autres qui se font extrader en Allemagne pour aller purger une peine de 3 ans de prison pour défaut de paiement de la pension alimentaire comme Lionel Gilberti et à qui la mère allemande lui interdit de voir ses enfants. Extradé d'Alsace par des policiers français en tenue...Youpiie ! La police française de nouveau au service de l'Allemagne, pourrait-on se dire...

A-t-on des raisons d'être optimiste au vu de ce qui se passe dans la réalité ? La France applique strictement les lois européennes et l'Allemagne non ? Qu'est-ce que c'est que ce binz ?

On se demande bien les raisons en France de ce silence quasi-criminel. L'Europe au travers du "couple franco-allemand" ne serait-elle que du bourrage de mou ? Une intox destinée à nous faire avaler une pilule hautement plus toxique, amère et nocive ? Celles de lois radicalement différentes provoquant des kidnappings de parents allemands, appuyés par un Etat germanique rouleau-compresseur rêvant sans doute d'une nouvelle domination sur les autres peuples et cultures au moyen de leurs lois hyper-réactionnaires, lois que nos féministes d'ici désavoueraient très certainement dans leur grande majorité ? Certaines mères françaises ont perdu leur droit de garde et ont vu leurs enfants kidnappés par des pères allemands. Obligées d'aller se battre en Allemagne devant des tribunaux pour récupérer leur droit de garde qu'elles avaient ici ou dans d'autres pays d'Europe... Cosette Lancelin, Catherine Laylle et d'autres sans doute.

Naeionalismus!!!!! Pangermanismus....

Deux points importants à considérer:

—La mentalité et la culture allemande sont totalement différentes de la mentalité et de la culture française. Latine en général. Extrêmement différente. Aussi anglo-saxonne et scandinave et grecque idem pour ce que j'en connais.

—Les lois concernant la nationalité (droit du sol français vs droit du sang allemand) ainsi que le droit de la famille allemands sont totalement différentes des lois françaises dans les mêmes domaines. Quasiment incompatibles. Ce sont des lois totalement réactionnaires comparées aux notres ainsi qu'à celles de nombreux autres pays européens. Les pères n'ont pas le droit de visite.

En 2002, lorsque Le Pen était présent au second tour des présidentielles en France, il promettait le salaire maternel et le retour au droit du sang s'il était élu. Ces deux principes sont actuellement en vigueur en Allemagne: outre-Rhin, ils ne transigent pas et ne transigeront JAMAIS avec, alliance avec le SPD ou pas selon toute vraisemblance. Ce sont des socialistes d'opérette là-bas outre-Rhin. 

Le problème est que lorsqu'on prend consience de ces différences de taille, il est généralement trop tard. On se trouve ou l'on va se trouver dans de tels ennuis qu'on n'aurait jamais imaginé avant. Cela risque d'être la pire expérience de votre vie et une prise de conscience de la réalité européenne totalement différente et éloignée de ce que racontent nos politiques et nos medias. Pour moi ainsi que pour beaucoup d'autres, ça l'a été et ça le reste toujours. ENCORE PLUS LORSQUE J'APPRENDS QU'UN OU UNE DE MES COMPATRIOTES s'y retrouve confronté(e) et tombe de haut (de vraiment très haut!) en perdant ses enfants suite à un kidnapping: de très haut car on n'en parle jamais dans les medias et toute action se révèle généralement sans effet à moins d'avoir un très bon avocat en Allemagne, sans doute lui aussi révolté par ces effets de bord des lois allemandes. Pas forcément. Même des actions entreprises par des pères allemands ont échoué en Allemagne ou auprès du de la Cour Européenne de La Haye. Les Cours Européennes n'ont pas de droit d'ingérence dans les lois d'un autre pays européens même si ces lois entrainent des effets dévastateurs pour des enfants bi-nationaux issus de parents non-allemands, voire allemands.

La mère et le mariage monogame sont érigés comme une sorte de diktat national-aryano-européen-germanique: la "Mutter"  décide seule si oui ou non le père (allemand ou non aryen) aura le droit de voir ou non ses enfants. Par contre le "géniteur" aura l'obligation de payer des pensions alimentaires souvent élevées et parfois assorties de dommages-intérêts conséquents. Si la mère obtient une aide sociale de la part de l'Etat ce sera à vous, le père, de payer et non à l'Etat, contrairement à ce qui se passe chez nous et dans de nombreux autres pays. Une sorte de matriarcat version teutonne mais qui prend une tournure ultra-réactionnaire grâce à cette version particulière du droit de la famille: les pères en Allemagne en subissent les conséquences et sont les premières victimes. Le meurtre symbolique du Père. Les pères allemands sont aux premières loges de ces lois dévastratrices au niveau éducationnel et familial, même si des mouvements réformateurs existent (ou ont existé) en Allemagne. Ces pères allemands ont tenté de créer  ou d'amorcer une prise de conscience sur ce phénomène pour amener une réforme en Allemagne de ce droit issu d'un autre âge. Les âges du Reich....

De l'âge du Reich, voire des Reich. Sans aucun succès: pas de raison que nous y arrivions mieux qu'eux, eux qui sont sur place.

Ces lois outre-Rhin sont totalement diffférentes des lois françaises et celles d'autres pays européens. Un exemple: en France, dans le cas d'enfant né d'union libre, ce dernier portera automatiquement le nom du père si celui-ci l'a reconnu, alors qu'en Allemagne non. Il portera le nom de la mère même si le père (allemand ou non) l'a reconnu en cas d'union libre. Si la mère allemande de l'enfant né d'une union libre (et bien que reconnu par son père) se sépare ou du géniteur pour se marier avec un autre homme, l'enfant portera le nom du beau-père et non de son père !!! Vive le mariage version patriarcale mais qui dans ce cas dépossède totalement les pères de quelque nationalité soient-ils. Une autre version du pangermanisme (ou de la germanisation forcée, bien connue lors des deux guerres mondiales) lorsque le père est non-allemand. Rien ne change ni n'évolue.

Voilà sans doute pourquoi je n'ai jamais retrouvé mon fils via Internet. La mère a disparu dans la nature et a vraisemblablement changé le nom de mon fils.

Si vous oubliez que les mères ont le droit de s'approprier les enfants et d'en déposséder totalement le père en lui interdisant de les voir, en réclamant au passage l'autorité parentale exclusive auprès d'un tribunal outre-Rhin afin d'obtenir des logements sociaux à bas coût et le salaire maternel, leurs avocats sauront vous le rappeler en vous faisant un procès.  Via les allocations familiales allemandes. Comme tous les jugements inter-européens, les jugements sont exécutoires: c-a-d pas de discussion ou d'arrangement possible contrairement à ce qui se passe avec les instances juridique en France. C'est l'une des clauses fondamentales de l'Union européenne depuis sa fondation. Pas la meilleure certes, mais c'est comme cela ! Une sorte de droit de non-ingérence poussé au paroxysme et qui interdit de contester les lois d'un autre pays d'Europe, même si elles lèsent fondamentalement les pères. Au nom de quoi ? De la souveraineté, même si certaines de leurs lois sont extrêmement dommageables particulièrement pour des non-allemands ?

Si vous refusez de payer la pension alimentaire car la mère vous interdit de voir vos enfants, vous pourrez finir comme Lionel Gilberti extradé en Allemagne pour aller purger là-bas une peine de trois ans de prison ferme pour 6000€ de défaut de paiement, alors que la mère lui interdit de voir ses enfants.

Les féministes françaises (ou d'ailleurs) se foutent de ce problème: il n'existe pas chez nous et n'a pas cours, c'est vrai. Les pères en France ont quasiment systématiquement droit de visite puis droit d'hébergement: c'est l'un des acquis du féminisme en France. Certaines mères françaises proposent d'elles-mêmes la garde alternée afin que leur enfant ait ses 2 parents. L'égalité homme-femme prend (dans le cas de ces divorces franco-allemands)nbl'allure d'un mythe voire d'une chimère: tellement les mères allemandes ont de droits comparativement aux pères dans ce domaine, lesquels n'en ont quasiment aucun. Sauf celui de devoir payer des pensions alimentaires souvent exorbitantes, assortis de dommages et intérêts.

Qui va gueuler contre ça ? Tellement obsédés que nous devenons, paranoïsés voire passablement terrifiés dans chaque pays (Allemagne comprise) contre ces menaces terroristes, échos terribles de la guerre au Moyen-Orient et/ou ailleurs. Aussi légitimement préoccupés par tous ces problèmes économiques et de chômage de tous bords dont on nous parle sans arrêt et qui nous affectent dans notre vie quotidienne. Qui va se préoccuper de ses mères allemandes qui disparaissent dans la nature en changeant le nom de leur enfant afin qu'il ne porte pas celui du père, aryen ou non ? Qui font de faux certificats de naissance en Allemagne où la mention "Vater" (c-a-d Père) est rayé ?

Revanchardisme patriotico-nationaliste de nos voisins allemands ? Désir d'émergence d'un quatrième Reich, cette fois-ci "démocratique" et européen ? Suite de la seconde guerre mondiale qui ne dit pas son nom ? Volonté à peine dissimulée de dominer une nouvelle fois l'Europe en imposant les lois germano-aryano-teutoniques issues des Reich, lesquelles lois sont une nouvelle fois dans l'Histoire appuyées par un Etat rouleau-compresseur et une justice impitoyable ? Imposer à l'Europe et au monde la langue allemande comme langue internationale et obligatoire ? La langue des vainqueurs, assortie de leurs lois ultra-réactionnaires dans certains domaines ??? Je développerai ce thème plus tard: il semble bien que ce soit l'Allemagne qui ait au final gagné la guerre. Beaucoup de signes le confirment ou le prouvent. Pas besoin d'aller sur le terrain économico-politique des Parlements Européens et de ce qui s'y passe comme avec Junker, toutou luxembourgeois de Merkel.

Ce pays ne sera jamais un pays comme les autres... Un deuil de plus à faire dirait-on bien. Monnet, Schumann, Adenauer, bye bye... Bien essayé quand même.

Au passage, signalons que l'on peut choisir l'allemand comme première langue dans nos écoles (volonté émanant de De Gaulle) à égalité avec l'anglais: conséquence du rapprochement et d'une volonté de réconciliation qui devait (ou aurait dû) aboutir à une Europe pacifiée, débarrassée de ses fantasmes mortifères de guerre et de domination axées depuis le dix-neuvième siècle sur le nationalisme et le revanchardisme. Qui firent des milllions de morts des 2 côtés, rappelons-le: pas besoin de citer Verdun. La Shoah, le génocide des Hereros (voir l'article plus bas sur mon blog) et la complicité passive de l'Allemagne lors du génocide arménien en Turquie ? Oui ça a eu lieu et alors pourraient dire certains Allemands que j'ai rencontrés ? Un dommage collatéral ????  Un alea de l'Histoire ?

Des massacres  dont plus personne ne veut, Allemagne comprise bien sûr... Enfin en théorie. C'est ce qu'ils semblent proclamer... Qu'en est-il dans la réalité ?

Il y a eu suffisamment de morts comme cela dans les deux guerres mondiales et/ou au vingtième siècle en général pour cause de nationalismes exacerbés: ce thème semble être ou constituer un discours commun à nos deux pays et aux autres, France et Allemagne depuis Adenauer et la fin de la deuxième guerre mondiale entrainant dans leur sillage les autres pays européens, qui y adhére bien sûr ayant pour beaucoup lourdement souffert durant cette période: Serbie, Pologne, Italie, France, Angleterre et les autres. Inclus Adenauer, un des plus actifs fondateurs de l'Europe avec De Gaulle et qui a passé la plus grande part de la période du nazisme et de la guerre emprisonné par Hitler en voulant fonder avant-guerre la CDU, parti démocratique de centre droit mais nettement anti-totalitaire. SANS COMPTER tous ces Allemands qui ont manifesté des volontés claires de pacifisme et de résistance au fascisme durant les années de guerre et de fascisme. Certains ont rejoint le Résistance en France ou ailleurs pour combattre le nazisme ou le fascisme sous toutes ses formes comme la brigade Thaelmann pendant la guerre d'Espagne.

Ils n'étaient pas si nombreux que cela, ces antifascistes allemands, c'est vrai. Les intellectuels et les artistes ont fui l'Allemagne dans les années 30... Quelques autres, un peu éparpillés ont fait des choses parfois héroïques allant jusqu'au sacrifice.

La paix ? Officiellement et (soi-disant) pratiquement par l'Allemagne ? Par tous(tes) les  chancelières depuis Adenauer sans exception ? La paix, une Europe pacifiée, l'ouverture et l'accueil à d'autres cultures... Le multiculturalisme ???? MultiKulti.

Pas de doute à ce sujet quant à la sincérité originelle de ce discours de la part des dirigeants et aussi j'espère(!) d'une majorité d'Allemands. Cette volonté d'ouverture apparaît comme confirmée et réalisée par le récent geste d'Angela Merkel d'ouverture de son pays aux migrants qui fuient ces zones de guerre et/ou les problèmes économiques graves. C'est même le seul pays d'Europe a avoir fait cela!!! Mais ce récent geste généreux d'Angela Merkel d'ouvrir la porte de l'Allemagne aux migrants ne doit pas faire oublier ces terribles histoires de kidnapping d'enfants franco-allemands. Anglo-allemands, greco-allemands, italo-allemands, americano-allemands, etc. Des enfants privés de la moitié de leur famille.

Ces histoires qui détruisent ou ont détruit les vies de certains (nes) de nos compatriotes... Certains en sont morts.

Comment traduit-on "retour du refoulé" ou "retour du bâton" en allemand ? Pourtant les relations avec l'Allemagne paraissent et sont certainement bonnes, même très bonnes. Je les qualifierais d'excellentes: les medias nous le confirment quasi quotidiennement. C'est avec ce pays où pour différentes raisons (l'Histoire, la projection d'une vision future de l'Europe humaniste et humanisée ouverte aux autres peuples et cultures, celle des générations futures) que nous entretenons les meilleures relations sur des plans à la fois internationaux et diplomatiques. Ce pays signe volontiers (et sans aucune pression aucune) toutes les conventions internationales, européennes et diplomatiques destinées à faciliter la libre circulation des biens et des personnes. Il est opposé à la guerre, à toutes les guerres. Mais pas à l'enlèvement et la séquestration des enfants issus de couples mixtes bi-nationaux, particulièrement franco-allemands. Ou alors si l'Allemagne signe les Conventions, c'est pour ne pas les respecter. C'est le premier en Europe ou un des tous premiers pays qui kidnappe les enfants bi-nationaux et les revendiquent ensuite comme Allemands à 100%, en appliquant des lois particulièrement réactionnaires en matière de nationalité et de droit de la famille.

Une aberration criminelle qui ne devrait pas avoir sa place dans l'Europe d'aujourd'hui...

Les forums allemands regorgent, paraît-il, d'interventions  sur ce sujet.

Il y a un os ? Oui mais alors d'où vient-il ? Comment y remédier ? Ces enfants franco-allemands kidnappés avec l'aide de leur Etat, totalement dépossédés de leur famille et de la culture française constituent-ils une nouvelle Alsace-Lorraine ? Sommes-nous toujours finalement leur ennemi héréditaire dès qu'un problème se manifeste ? Combien sommes-nous à être victimes de ces kidnappings ? Aujourd'hui circule un chiffre officieux: nous serions entre 250 et 300 parents victimes de ces kidnappings, surtout français en majorité. Mais aussi des pères grecs, italiens, britanniques, polonais, américains, etc. Combien au total ?

On nous cache quoi au juste ??? Et pourquoi ?

=============Tentative d'explication (très personnelle je le dis clairement)

Le mythe fondateur de l'Allemagne est la guerre: celui de l'unification des différents royaumes féodaux composant ce qui précède l'Allemagne avant son unification par Bismarck. Il effectue leur conquête manu militari, entraînant leur soumission et assimilation au moyen de la guerre et la conquête pour finir dominés par la Prusse: une vision sous-jacente qui est associée à celle d'une idée d'une certaine forme d'Etat qui a fait flores au vingtième siècle et même bien avant. La montée et l'apogée des nationalismes lors des 2 guerres mondiales...  L'idée d'un Etat total. L'idée et le but de Hegel dans sa vision philosophico-politique de l'Etat: celui d'un Etat fort qui régirait la vie des individus en les transformant en simples rouages, thème analysé et développé par la philosophe Hannah Arendt après la guerre dans son analyse du fascisme. Et des totalitarismes en général. Les régimes totalitaires. La philosophie politique de Hegel est sous-tendue par la conception d'un Etat sur-puissant où l'individu n'est qu'un simple rouage, que ce soit dans le fascisme ou dans le communisme version Staline. 

La seule victoire militaire de l'Allemagne sur la France est celle liée à la capitulation de Napoléon III après Sedan en 1871, entrainant l'Alsace et la Lorraine à devenir allemandes et parties intégrantes du Reich jusqu'à l'armistice de 1918 où ces provinces redeviennent françaises. Le IIIème Reich les récupère après la débacle de 1940 et les réintègre de force à l'Allemagne en les annexant et en en faisant des provinces du Reich une nouvelle fois. Puis  les implique "naturellement" dans le conflit de la seconde guerre mondiale en envoyant de force Alsaciens et Lorrains sur le front de l'Est, menaçant de les fusiller s'ils refusaient (les fameux "malgré-nous" alsaciens dont certains mirent beaucoup de temps à pouvoir revenir d'URSS),  jusqu'à la capitulation en 1945 où ces provinces redeviennent françaises. Elles le sont restées jusqu'à aujourd'hui.

Sous la domination allemande, il devient interdit de parler français en Alsace et Lorraine. De 1871 à 1918 puis de 1940 à 1944.

Le mythe fondateur de la France est celui de l'unification des différents sous-régimes féodaux, concomitante de la chute de la tyrannie monarchique grâce et par la Révolution française. Celle-ci est issue et sous-tendue par des idées et des projets de la philosophie des Lumières. Si le peuple adopte ces idées et les fait sienne sous l'impulsion et la propagande des révolutionnaires  lesquels font partie des "roturiers", c'est grâce aux "cafés littéraires" animés par des Girondins et des Jacobins. Aussi du Marais: une "couche" sociale ne constituant ni véritablement ni à proprement parler le Tiers Etat. Ni clergé ni aristocratie, même si Philippe-Egalité les rejoindra plus tard ainsi que certains abbés ou membres du clergé acquis aux thèses révolutionnaires de 89. Selon une vision plus classique voire post-marxienne, ces "révolutionnaires'" sont issus de la classe roturière. Ils constituent une sorte d'élite: pré-petite-bourgeoisie avant la lettre ils possèdent la culture, les idées et les moyens oratoires et littéraires pour convaincre. Et surtout ils savent comment transmettre leurs idées pour arriver à convaincre le peuple de les faire siennes pour aboutir à renverser ce régime monarchique tyrannique. Un régime qui finit par être honnis par le peuple.

Pendant la Révolution, les Juifs vivant sur le sol français acquièrent automatiquement la nationalité française et deviennent des citoyens à part entière. Un problème se posera pour les dirigeants au moment de cette décision: qui est juif et qui ne l'est pas ? L'appartenance religieuse (les signes religieux) et la fréquentation des synagogues devient un critère (en quelque sorte un peu forcé) pour déterminer qui est juif ou ne l'est pas . Ceux qui se situent dans le sillage de la religion et de la filiation avec la tradition hébraïque le sont pour l'Etat jacobin: ils participent à ses fêtes et à leurs célébrations.

===================================================================

Ma conception tel que je l'expose renvoie à une évolution de l'Histoire partitionnant la société en "classes" et expliquant la transformation et le progrès de cette dernière utilisant implicitement des termes comme "conflits de classes", "couches sociales" et "lutte des classes". Celles-ci sont  liées aux terminologies d'idéologies, de luttes sociales voire de révolutions. Datées ou dépassées ? Je ne répondrai pas à cette question.

Des idées et des projets de renversements sociaux dont le but est de façon avouée la conquête du pouvoir pour arriver à modifier et réformer la société de façon profonde et si possible durable. Cette fameuse égide du Progrès (l'idée du progrès qui sous-tend l'Histoire depuis les débuts de la Civilisation) précursive de la philosophie politique depuis bien des siècles, sinon des millénaires... Platon puis plus tard Voltaire, Rousseau, Diderot, Danton, Robespierre, Marat, les Jacobins et les Girondins, la Convention etc..

Quelques années après, les guerres de conquête napoléoniennes tenteront d'exporter ces idées et idéaux de la Révolution françaises liés aux Lumières dans d'autres pays: l'Aufklärung, suite ou prolongement des Lumières par des philosophes comme Kant en Allemagne qui souhaitait pour son pays l'équivalent de la Révolution français. Napoléon sera accueilli tantôt comme un conquérant qu'il faut combattre, tantôt comme un libérateur par les peuples qu'il prétend soumettre mais qu'il est néanmoins nécessaire de rejoindre à cause de ses idéaux anti-monarchiques et anti-tyranniques : il est parfois perçu comme un libérateur mais aussi comme celui qui vient envahir leurs pays dans le but ultime est de les libérer de la tyrannie. Il emmènera son armée partout, jusqu'aux confins de l'Europe et de l'Afrique. Egypte, Palestine, mais surtout Allemagne, Autriche, Pologne, Italie, Espagne, Russie, etc. L'armée napoléonienne verra ses rangs grossir, rejointe à chaque fois par des Polonais, des Allemands, des Autrichiens, des Italiens, etc.

Ceci suffit-il à expliquer cela ?

=================== LE PRIX À PAYER======================================

Vous aviez cru en toute bonne foi que vous faisiez une expérience avec un ou une Allemande en ayant un ou des enfants ensemble ? Et que "donc" vous partagiez les risques avec cette personne ?? Que les enfants étant bi-nationaux, ils jouiraient de toutes les prérogatives vantées par nos joyeux gouvernants, fervents adeptes du rapprochement franco-allemand tout azimut et qui implique/concerne la libre circulation des biens et des personnes ? Liberté vantée, louée et soi-disant appliquée par l'Allemagne bille en tête ? Que cette Allemande qui venait en France pour du travail (car elle ne trouvait pas de travail en Allemagne) était bien, voire très bien car son grand-père avait combattu les nazis en Allemagne et avait refusé de porter l'uniforme de la Wehrmacht ? Elle était protestante. Son grand-père, surveillé par la Gestapo pendant la guerre et obligé de pointer toutes les semaines à la Kommandantur ? Nommé maire d'une petite ville après la guerre par les Alliés lesquels ne choisissaient que parmi des Allemands que ceux qui furent résistants et/ou opposants pour occuper des postes à responsabilité dans l'Allemagne d'après-guerre ? Erreur, erreur profonde: c'était faux, totalement faux. Mais cela, vous ne l'apprendrez et en prendrez réellement conscience qu'en bout de course.

On ne change pas ni en deux même trois générations. Rien ne change. Le retour de baton est toujours possible... Surtout dans les séparations. Une reterritorialisation nationaliste et revancharde comme dirait le philosophe Deleuze.

C'était eux qui faisaient une expérience avec vous et à la sortie, ils ne partagent rien. Rien du tout. Y avait-il une quelconque prédisposition ou prédestination que ce soient vous les victimes et qu'ils puissent endosser "naturellement" celui de bourreau sans aucun complexe ? Ils ont tiré un trait à la fois sur le passé nazi et sur les quarante années de communisme, comme dirait Bruno Ganz dans le film No Identity avec Liam Neeson et qui se passe à Berlin. L'Etat avec ses lois ultra-réactionnaires en matière de droit de la nationalité et de la famille est derrière eux pour les soutenir et prêt à les appuyer par tous les moyens dans cette sorte de guerre appliquée à la séparation familiale bi-nationale. Le retour du revanchardisme/patriotisme/aryanisme: on ne discute pas avec un rouleau compresseur.  Problème de  dénatalité inhérent à l'Allemagne, une des plus basse d'Europe ? Si le couple mixte ne marche pas, on kidnappe parfois les enfants faits à l'étranger pour le revendiquer comme Allemands et Allemands à 100% et on interdit à l'autre parent non-allemand de les voir. Vae victis: mort aux vaincus. C'est la seule philosophie qui compte.

Problème de dénatalité en Allemagne, une des plus importantes en Europe ? Prégnance du modèle de la "femme au foyer" et du salaire maternel qui va avec, associé à l'autorité parentale exclusive et la suppression du droit de visite pour le père, aryen ou non ?

Ces lois ou dispositions leur permettent de ne pas travailler et d'occuper des logements sociaux à bas coût. Une bonne affaire pour ces Allemandes, non ?

L'Etat allemand est derrière eux (surtout derrière elles), prêt à vous écraser comme un vulgaire insecte si vous résistez ou contestez leur façon de voir la justice en quelque façon que ce soit: privée du droit de garde si vous êtes la mère française comme Catherine Laylle ou Cosette Lancelin,  du droit de visite/hébergement pour le père. Dépossédés de l'autorité parentale conjointe, ils ne vous laisseront que la chemise (et encore!) en vous accablant de décisions de justice kafkaïenne, de montants astronomiques à leur verser dans une langue que vous ne maitrisez pas mais qu'il est devenu vital pour vous de comprendre si vous tenez à revoir vos enfants et/ou ne pas finir dans les geoles teutonnes pour 3 ans comme Lionel Gilberti.

Leur avocat demandera à leur justice que vous soyez privé du droit de visite et de l'autorité parentale sans aucune raison apparente ni justifiée en aucune manière: êtes-vous un mauvais père, alcoolique et délinquant, pédophile voire criminel ? Une mère française indigne qui se prostitue la nuit tombée voire le jour quand son mari est parti travailler ??? La justice et leurs décisions étant exécutoires partout en Europe, ils se serviront de tout ce qu'ils peuvent pour vous contraindre, y compris l'extradition pour purger une peine de prison en Allemagne sur injonction de la mère allemande comme pour Lionel Gilberti. Chaque fois que la mère bénéficiera d'une aide sociale en Allemagne, c'est vous le père français qui devrez rembourser l'Etat allemand: de cette façon, c'est tout benef' pour eux car leur Etat n'a rien à débourser, contrairement à ce qui se passe dans bien d'autres pays. Européens ou non.

De géniteur, vous deviendrez vache à lait. Avec un baillon sur la bouche. pas question de protester: cela ne sert à rien avec eux. Nulle part dans les medias français on ne parlera de ce problème qui effectivement ne dépend pas de nous. 

Vous n'aurez plus qu'à rejoindre cette cohorte égarée de parents européens et non-allemands (voire allemands !) qui ont été lésés et dépossédés. Tenter (le plus souvent vainement) des actions auprès des parlements européens ou au niveau simplement national comme chez nous ? À Bruxelles, des parents français lésés seront récemment écoutés (de façon indéniablement attentive) par des parlementaires  européens provenant de différents pays. Au final, une commission d'enquête sera diligentée pour voter un "avertissement à l'Allemagne". Cela n'a et n'aura sans doute aucun effet: il faudrait une réforme profonde du droit de la famille en Allemagne pour que quelque chose change véritablement.  Ou quelque chose de plus contraignant au niveau inter-européen mais ça n'existe pas !! 

Pas de réforme de la famille sans débat national comme cela a eu plusieurs fois chez nous, notamment sur des questions d'avortement, de contraception, de droit de vote des femmes et de divorce à l'amiable. Les années 60/70 en France furent l'occasion d'une notable amélioration de la condition des femmes dans notre pays et du droit de choisir au travers des questions d'avortement et de contraception.  D'invention ou amélioration du droit des enfants à avoir leurs 2 parents (rapport Irène Thery des années 70)  qui est associé (parfois même souvent sur l'instigation des mères) à la garde alternée. Mais en tout cas au minimum, au droit de visite/hébergement des pères: ce droit est accordé quasi-systématiquement lors des jugements de divorce/séparation en France. De même que le droit de garde pour la mère dont certaines Françaises se sont vues dépossédées par des jugements allemands accordant le droit de garde au père allemand.

En Allemagne, il vous faudra vous battre dur, très dur devant les tribunaux pour l'obtenir. Dépenser beaucoup d'argent et puiser dans toute votre énergie pour avoir une chance d'obtenir quelque chose. Et surtout ne pas être désargenté car tout cela revient assez cher.

Aller puiser et chercher des ressources d'énergie et essayer de trouver du réconfort quelque part en Allemagne lors de cette épreuve.

====================================================================

Certaines mères en France proposent au père la garde alternée, selon elles le meilleur moyen pour que leur enfant puisse voir et avoir ses 2 parents. Cela se pratique très rarement en Allemagne sinon dans des milieux artistiques, intellectuels. Ou des milieux politisés.

En vertu du sacro-saint principe de non-intervention dans les lois d'un autre pays d'Europe, on ne peut pas attaquer les lois d'un autre pays même si elles sont éminemment critiquables et peuvent entrainer de profonds et sévères dommages: des pères allemands spoliés en ont fait l'expérience avec l'Allemagne auprès de la cour de La Haye. Sans aucun succès. Le droit d'ingérence, principe inventé par le philosophe Revel a permis de justifier plusieurs interventions de l'ONU dans différents pays comme la Serbie, l'Afghanistan, le Nigeria lors du de la guerre au Biafra, le Koweït, la Cote-d'Ivoire et quelques autres... Il a permis à des instances supranationales d'intervenir concrètement, en général pour des questions humanitaires. 

Pourquoi ne l'invoquerait-on pas pour le faire jouer dans le cas de l'Allemagne, de ses lois criminelles qui entrainent des rapts et séquestrations, des kidnappings d'enfants bi-nationaux avec appui de leur Etat ? Des drames ? La réponse est simple: il n'y a pas d'instance supra-nationale dans le cas de l'Europe. Les instances européennes n'ont pas le droit et ne disposent d'aucun pouvoir pour intervenir dans les lois d'un autre pays membre de l'Europe. D'AUCUN autre pays sauf en cas de guerre ou génocide. Aucun pouvoir afin de leur demander voire d'exiger de leur part de modifier leurs lois pour éviter ces drames et en prévenir de futurs...

Angela Merkel merci: en bout de compte, tu es une VRAIE patriote comme Kohl et Schröder qui croit en l'héritage allemand des lois issues d'un autre âge, celui des Reich.

Au passage vous les Français ou Françaises vicitmes réaliserez à la fin, seulement en bout de parcours (soit tout uniquement à la fin), qu'en matière de lois, de mentalité et de culture, tout en Allemagne est décalé politiquement vers la droite par rapport à la France. Ou d'autres pays. Bien décalé à droite. Très décalé même. La mère a tout pouvoir sur le ou les enfants et l'homme est devenu le maillon faible, comme dirait l'animatrice Boccolini: de géniteur, il en est réduit en Allemagne selon leurs jugements  à devenir vache à lait. Le plus souvent réduit au statut de simple géniteur qui n'a qu'un seul droit celui de se taire. Interdit de droit de visite à moins que la mère y consente : ce qui est très rarement le cas.

L'enfant devient otage pour le règlement de compte: règlement de compte de ce qui n'a pas marché dans l'histoire de couple. Cela n'aurait pas lieu d'être et c'est pour cela que nous avons nos lois en matière de famille en France.

Et pourtant, et pourtant... Lorsque vous les avez rencontrés puis fréquentés, ces Allemands (des) avaient l'air "normaux", très éloignés d'une certaine image d'Epinal que 2 guerres mondiales ont contribué à forger.

=================================================

L'Europe a été inventée et créée à ses débuts sous l'impulsion principale de De Gaulle (conjointement avec Adenauer fondateur de la CDU et emprisonné par Hitler) pour éviter une nouvelle guerre avec l'Allemagne. Est-ce que ça marche ? Même si la guerre classique et conventionnelle avec fantassins, chars, aviation et infanterie est maintenant interdite en Europe, il y a d'autres manières de faire la guerre.

La guerre manque-t-elle aux Allemands et à leur Etat ? On assiste à la reconstitution d'une Allemagne d'avant-guerre avec remontées nationalistes et une MittelEuropa constituée d'entreprises et de sous-traitants à bas coûts et bas salaires côté Est. Même si miraculeusement (!), ce pays semble échapper à cette vague de populisme partout présente en Europe, un énorme scandale demeure... Peut-on décemment et réellement parler de dénazification "effective" en Allemagne ? Dénazification des mentalités ? En ce qui concerne les lois et les mentalités, quelque  chose a-t-il réellement changé depuis la fin de la guerre  ?

Signe inquiétant d'un retour du refoulé depuis 90 et la réunification allemande... Un mur tombe, un autre s'élève.

Le jour où vous aurez affaire à eux et à leurs lois, comprendrez-vous l'essence de la nature humaine ? Apprenons-nous quelque chose de l'Histoire réellement ? Rien ne change... Un divorce/séparation avec un ou une Allemande peut se tranformer en véritable scénario de film d'horreur, un vrai cauchemar. Vous risquez de tout perdre: santé, argent, enfants, droit de garde si vous êtes la mère ou droit de visite pour le père. L'autorité parentale conjointe aussi, ce qui est accordé systématiquement en France lors des divorces. Votre enfant peut changer de nom sans que vous le sachiez et se retrouver avec un faux certificat de naissance en Allemagne où il est dit qu'il n'a pas de père, bien que vous l'ayez reconnu. En France ou ailleurs. Il peut changer de nom si la mère se marie et que l'enfant est issu en France d'une union libre: il prendra alors le nom du beau-père. Vous perdrez toute trace, come dans mon cas et dans le cas de nombreux autres parents européens non-allemands.

Vous pouvez finir extradé en Allemagne et finir en prison si vous refusez de payer la pension alimentaire car la mère vous interdit de voir vos enfants. Comme Lionel Gilberti.

Réfléchissez bien avant de vous engager. Certains y ont laissé leur vie, et avant leur santé, leur argent ainsi que leur activité professionnelle incapables psychologiquement  qu'ils deviennent de continuer

Si vous devez ou voulez passer quelque temps en Allemagne, surtout renseignez-vous BIEN sur leurs lois et sur les (très) facheux précédents en matière de divorces franco-allemands. Sur la situation actuelle et qui n'a pas évolué d'un pouce depuis 20 ans. Consultez un avocat spécialisé dans le droit privé international, aussi nos consulats et notre ambassade en Allemagne. Faites des recherches sur Internet. Pour le moment c'est la seule parade, une parade préventive: encore faut-il avoir été mis au courant avant de sauter le pas bien sûr.

C'est à cela que sert mon blog. Ou à quoi il devrait servir.

Bon courage.

======================================================================

Avertissement spécial: Attention Messieurs ! L'Allemagne est un des rares et peut-être le seul pays du monde où les femmes peuvent faire un procès au géniteur aryen ou non pour non-reconnaissance de paternité. Si la paternité est prouvée au moyen d'un test ADN, vous n'aurez plus qu'à sortir le chéquier tous les mois et payer une pension alimentaire jusqu'à ses 18 ans voire après, sans compter des dommages et intérêts parfois colossaux et exorbitants: tout cela sans aucune assurance de voir votre enfant car c'est la mère et uniquement elle qui décide du droit de visite (voir l'article Liaison fatale du Nouvels Obs de Août 98 donné en lien + bas). Si la mère bénéficie en Allemagne d'une aide sociale, c'est vous qui devrez rembourser ces sommes à leur Etat. Il est réconfortant de voir qu'en Allemagne , la science via les test ADN sert le progrès !!! La mère peut exiger ce test même en dehors des frontières allemandes car cette loi s'applique AUSSI pour les pères (ou géniteurs) non-allemands. Donc français (voir l'article). À des hommes résidant dans d'autres pays.

Ils tirent leur épingle du jeu en utilisant tout ce qui est à leur portée pour vous contraindre et vous soumettre à la loi allemande.

Si vous ne pouvez pas payer, ils iront demander à vos proches en France: à vos frères, sœurs ou parents. La menace est réelle, bien réelle hélas! Les jugements étant exécutoires partout en Europe, des huissiers français (et bien français!) pourront venir effectuer des saisies à votre domicile en cas de défaut de paiement. Si vous refusez de payer car la mère vous interdit de voir vos enfants en Allemagne, la mère allemande pourra saisir un obscur tribunal (en Sarre comme pour Lionel Gilberti) lequel prononcera votre incarcération pour 3 ans ferme dans une prison allemande avec pour seul motif un retard de paiement de 6000€ alors que la mère lui interdit de voir ses enfants; des policiers français en tenue viendront à votre domicile frapper à votre porte pour vous extrader et vous envoyer dans les geoles teutonnes. Il a fait de la prison en Allemagne pour cette seule raison mais a fini par être libéré dans des circonstances que j'ignore.

Une des rares fois où ce problème franco-allemand a fait l'objet d'une menion dans le journal de l'A2.

On respecte le fait en France que des lois allemandes puissent s'appliquer à l'extérieur de leur territoire national sans aucun recours et alors qu'elles n'ont été reconnues nulle part ailleurs et qu'elles trahissent ostensiblement l'intérêt supérieur de l'enfant à voir et avoir ses 2 parents, mentionné dans la Convention internationale de La Haye: cette convention, l'Allemagne l'a bien sûr signée comme une foule de conventions européennes et internationales. Mais l'interprétation de l'intérêt supérieur de l'enfant en France ou en Allemagne sont totalement différentes. Par contre, signer une Convention et la respecter sont 2 choses très différentes pour eux, visiblement. Incroyable ! Qui est au courant à part les parents-victimes françaises, américaines, italiennes ou polonaises ou australiennes ?

L'intérêt supérieur en Allemagne est interprété comme le fait que l'enfant doit rester avec le parent qui s'occupe de lui (généralement la mère allemande). Et que parlant allemand, il est ostensiblement "intégré" à l'Allemagne. On ne lui demandera évidemment pas s'il a eu le choix, lors de sa convocation au tribunal  Hé oui! Dans des affaires de divorce en Teutonnie, à la différence de chez nous, l'enfant même s'il n'a que trois ans est convoqué au tribunal et leurs juges lui demanderont avec quel parent il veut rester. Celui qui en Allemagne s'occupe de lui ou l'étranger, l'Auslander non-aryen qu'il n'arrive à voir que tous les 36 du mois ?

Avant que tout ce fatras immonde et totalement nauséabond ne vous tombe dessus, vous réaliserez que personne ne vous a averti avant car personne n'est ou ne semble au courant en France. Tout le monde s'en fout. L'Etat français fait motus et bouche cousue.

Sarkozy va faire des papouilles à Merkel en 2012 à Berlin en espérant de cette manière trouver du soutien auprès de l'électorat français au moment fatidique des présidentielles : être réélu est son principal souci.  Scandaleux ! Qui sait que le droit de la nationalité en Allemagne est le droit du sang, droit cher à Le Pen ? C'était dans son programme électoral lorsqu'il fut présent au deuxième tour en 2002 associé avec le salaire maternel, emblème de la "femme au foyer". Qui sait que les pères n'ont pas le droit de visite en Allemagne ? Qui sait qu'un père allemand peut saisir un tribunal en Allemagne et déposséder totalement une mère française et donc non-allemande de son droit de garde ? C'est au nom de ce droit du sang que les autorités allemandes proclameront que l'enfant est allemand et uniquement allemand 100% et que leur juridiction a tout pouvoir pour émettre des jugements internationaux de divorce/séparation à votre encontre au cours desquels vous pourrez tout perdre: le droit de garde si vous êtes la mère, le droit de visite si vous êtes le père.

Qu'ils sont en droit "légitime" de fixer la pension alimentaire sans aucun droit de visite même si la séparation a eu lieu en France ce qui fut mon cas. Vous recevrez des menaces de procès des allocations familiales allemandes si vous refusez de répondre. Ces mêmes allocations allemandes  vous déniront tout droit de visite et en essaieront de vous déposséder de l'autorité parentale conjointe afin que la mère jouisse du salaire maternel et de logements sociaux à bas coût. 

Tout finira dans l'horreur avec de sordides questions d'argent et l'enfant ne sera plus qu'un instrument utilisé comme otage. Son avenir, ces parents allemands kidnappeurs s'en foutent totalement car ils se savent appuyés par leur Etat qui de cette façon lutte contre la dénatalité endémique en Allemagne et le paiement de pension alimentaire.

Prendre l'autre comme fin et non comme moyen a dit l'un des plus grands philosophes, Emmanuel Kant ? Vous rêvez.

On dirait bien que c'est l'Allemagne et sa Weltanschauung (conception du monde) qui a gagné la guerre. Pas celle de Kant hélas!!!

Qui a fait les lois en Allemagne à la fin de la guerre et sous la chancellerie d'Adenauer ? Comment se fait-il que les Alliés ont-ils laissé passer tout cela ? Les Américains (et l'OTAN ensuite) étaient-ils si pressés de voir se constituer un nouveau front contre l'Union soviétique et ses nouveaux alliés, le communisme ce nouvel ennemi, qu'ils ont laissés faire et passer toutes les lois en RFA votés et conçues par d'anciens juges du Reich ou des professeurs de droit du même bord ? Où étaient et que faisaient les Allemands anti-fascistes exilés et qui revinrent après la guerre en participant à la construction de ce nouvel Etat ? Ont-ils fui en Allemagne de l'Est comme Brecht en abandonnant le champ de la législation de la RFA au capitalisme et ses alliés/soutiens américains, laissant le champ libre à ces juges ou professeurs de droit compromis dans le IIIème Reich pour concevoir et faire voter les lois d'une Allemagne redevenue prétendument démocratique ?

 

Dernière nouvelle: sous l'impulsion d'une bonne centaine de pères grecs, italiens britanniques et surtout français, en général européens, une commission spéciale européenne a été saisie récemment à Bruxelles. Elle pourrait attribuer un avertissement à l'Allemagne sur ces pratiques dont nous sommes, nous les Français, les premières victimes à cause du rapprochement franco-allemand. Cela va-t-il changer quelque chose ? J'en doute profondément: il a fallu 20 ans (vingt longues années !) pour exiger du Parlement européen à Bruxelles qu'il se réunisse en présence des victimes et d'un député allemand lequel a d'ailleurs quitté la salle très vite (preuve d'une arrogance et d'un je-m'en-foutisme total) pour que Bruxelles réfléchisse à comment statuer et émettre (éventuellement!) une sanction envers l'Allemagne pour ces sinistres histoires.

Ça risque de n'avoir strictement aucun effet de mon point de vue. Ils s'en foutent totalement de l'autre côté du Rhin.

======================================================================

Inverser la courbe du chomage et augmenter notre PIB ? Faire revenir en France nos compatriotes expatriés en leur proposant des emplois et une situation correcte digne ? Se battre contre toutes formes de discrimination et de racisme ? Conserver, augmenter et propager nos savoir-faire pour améliorer notre économie et créer ainsi de l'embauche ? Protéger et défendre la laïcité dans nos écoles et institutions ? Lutter et prévenir les actes terroristes ? Il faudrait rajouter à cette (déjà!) longue liste qu'il faudrait AUSSI régler cette histoire avec les Allemands: le kidnapping des enfants franco-allemands par le parent allemand, enlèvements entérinés par leur Etat et leurs lois. Des lois discriminatoires et d'un certain point de vue inspirées de l'idée d'une sinistre continuité germano-allemande et de sa filiation avec le pangermanisme et la pureté raciale. Sinistre histoire. Mais cela...

La Convention de La Haye interdit et rejette toute immixtion dans les lois d'un pays. Elle rejette systématiquement toute action en justice entreprise à la Cour européenne de Justice pour contester les lois d'un pays, fussent-elle très dommageables et discriminatoires pour un autre (ou d'autres) pays que celui dont elles émanent. Même si ce sont des natifs, des Allemands qui protestent auprès de cette Cour sur la nature discriminatoire et injuste de leurs lois comme ça a été le cas pour ce père allemand qui a attaqué ces lois devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme : il fut finalement débouté. Plainte non recevable même lorsqu'elle émane d'un natif du pays en cause.

On ne conteste pas les lois d'un pays même si elles entrainent de graves dommages pour des ressortissants de son pays, d'autres pays et des enfants.

Donc... On attend que l'Allemagne envahisse de nouveau la Pologne ou la Tchécoslovaquie pour réagir ? Qu'elle impose tous ses diktats, économiques ou politiques aux autres pays d'Europe ? 

Pourtant, périodiquement, certains pays européens se retrouvent bien sur la sellette dans cette même Cour quand il s'agit des Droits de l'Homme: ainsi le notre il y a quelques années, à propos des conditons de détention et la surpopulation en prison. Une arrestation musclée dans le RER en 2004 a entrainé un avertissement à la France donné par la cour européenne des Droits de l'Homme. Qu'en conclure ? L'Allemagne jouit d'un statut spécial qui interdit toute condamnation ? Les droits de l'enfant, ça n'existe pas ?

L'intérêt supérieur de l'enfant, concept-clé émanant de la Convention de La Haye est interprété complètement différemment en Allemagne. Chez nous, s'il signifie le droit de l'enfant à avoir ses deux parents et à pouvoir les voir tandis qu'en Allemagne il signifie que l'enfant doit rester en Allemagne, qu'il est allemand 100%, qu'il doit parler allemand comme langue maternelle, que le droit de visite du père est soumis à la volonté de la mère soit en fait au diktat de la mère. Et à la base que ce sont les lois allemandes qui doivent s'appliquer et uniquement elles à l'exclusion des autres, même totalement et exclusivement si l'enfant est bi-national et est né dans un autre pays que l'Allemagne : par conséquent, suivant leurs lois, le père n'aura pas le droit de visite sauf si la mère l'autorise ce qui est très rarement le cas. Ce sont des tribunaux allemands qui légifèrent le domaine privé de la manière. De la façon dont ça leur chante.

Par contre le géniteur (allemand ou non) devra payer des pensions alimentaires parfois exorbitantes sans compter des dommages et intérêts parfois élevés (voir l'article du Nouvel obs donné + bas en référence).

Tout a un prix. L'Europe a un prix. Le drame c'est que c'est nous, les parents français victimes de kidnapping de nos enfants qui le payons. Et au prix fort. Sinon effectivement vive l'Europe car il n'y a pas eu de guerre avec l'Allemagne depuis 1945. C'était bien le but initial de sa création par De Gaulle en accord avec Adenauer: éviter toute nouvelle guerre avec l'Allemagne.

Que penser de ces sinistres histoires de kidnapping et de rétention d'enfants outre-Rhin ? Est-ce à dire que la guerre manque aux Allemands ? On pourrait bien le penser... La politique est la continuation de la guerre par d'autres moyens, a dit l'intellectuel italien Antonio Negri.

Si le Mur de Berlin est bien tombé en 89, un autre mur diffus et pourtant tout aussi inexpugnable s'est élevé à la place : il concerne les enfants franco-allemands privés de leurs parents français, de leur famille ici et de la culture française. Ce problème concerne aussi et malheureusement  les enfants germano-polonais, germano-américains, germano-russes, etc. Ceux que leurs grands-parents n'ont pas réussi à faire, les nouvelles générations sont en passe de l'accomplir, poussés en cela et confortés par la machine d'État allemande. Une machine impitoyable et sans âme qui fait penser à un rouleau compresseur et avec laquelle on ne discute pas... Les jugements allemands sont exécutoires partout en Europe et même dans le monde. Kafka doit se retourner dans sa tombe: si la machine despotique soviétique et stalinienne semble bien morte et enterrée, que peut-on dire de la machine despotique allemande sinon qu'elle est associée et va de pair avec un régime incontestablement démocratique ? Indéniablement pro-européen ?

Ce qui ne facilite ni l'analyse ni la compréhension de ce phénomène inquiétant...

Des familles pourries jusqu'à l'os et même au-delà. Des femmes mues par une haine, une férocité et une animosité sans limite contre le père de leurs enfants et sa (belle) famille. Une cruauté qui dépasse tout entendement sauf si on se réfère aux Walkyries, aux Erynnies et aux Harpies. Des prédatrices (ou veuves noires) qui iront jusqu'au bout de leur haine cosmique envers l'ex-partenaire et leur appât du gain. En avaient-elles l'air lorsque vous les avez rencontrées la première fois ou après ? Lorsque vous les croisez ou rencontrez en discothèque ou chez des amis ou au travail, comment sont-elles ? Comme d'autres, me direz-vous: rien ne les distingue a priori. Elles ne portent pas de signe distinctif, pas de marque sur le front, ni comme personne d'autre d'ailleurs. Rien ne laisse deviner ce terrible "background" culturel qui menace de vous tomber dessus si vous vous engagez avec elles/eux. Pourtant ils/elles finissent parfois (pas toujours mais dans de nombreux cas) par agir au cours des divorces/séparations comme si elles émanaient voire étaient des créatures tout droit sorties d'un scénario d'un film d'horreur inspiré par la mythologie païenne germanique. Les exemples et les cas désastreux sont malheureusement nombreux. Mon histoire est d'un certain point de vue un record car il renvoie à l'extermination des Juifs.

Des gens terribles qui pourtant avaient l'air "normaux" au départ. Un univers à la Kafka où l'Etat et ses lois "post-aryennes" écrasent l'individu tel un véritable rouleau compresseur au lieu comme chez nous de tenir compte des situations individuelles, professionnelles ou familiales pour adapter le jugement. En prenant bien sûr les textes de loi et décrets comme référence absolue et viser avant tout l'intérêt de l'enfant.

Vu d'outre-Rhin, la suprématie économique allemande alliée avec la réunification de 89 semblent bien constituer un passe-droit, un blanc-seing qui leur permet de faire ce qu'ils veulent avec les enfants bi-nationaux, y compris les priver totalement du parent non-aryen. En toute impunité. Comme nous sommes le premier partenaire de l'Allemagne en Europe et dans le monde, que nous multiplions les échanges avec elle, c'est chez nous que le phénomène se manifeste de la façon la plus patente, la plus évidente et la plus inquiétante. Plus de 110.000 Français expatriés en Allemagne et sans doute un nombre équivalent d'Allemands (es) sur notre sol qui y vivent, travaillent ou font des études... Qui rencontreront des partenaires dans notre pays, parfois inévitablement. Rencontre, idylle, peut-être mariage et des enfants. Jusqu'à la séparation ou le divorce. Et là, le ciel risque de vous tomber sur la tête. C'est tout un pan, un voile obscur de la réalité germanique et "européenne" qui vous tombe dessus.

Quoi, personne ne m'en avait parlé ? Personne ne semble au courant dans notre pays où pourtant l'information circule et où la liberté d'expression est un droit quasi sacré ?

Sinistre expérience...

Ce nouveau mur entre l'Allemagne et le reste du monde fut élevé par des juristes de la RFA d'après-guerre, d'anciens fonctionnaires (zélés?) du IIIème Reich pour la plupart et ce, grâce à des lois complètement différentes de celles de la France : elles sont nettement anti-européennes dans leur éthique en ce qui concerne la famille et la nationalité, principalement en ce qui concerne les droits de visite et de garde. Le droit du sang a sa place aussi bien sûr, une place de choix... Ni Willy Brandt, ni Helmut Schmidt ni Gerhard Schröder, des chanceliers pourtant aux penchants sociaux-démocrates ou social-libéral prononcés n'ont songé à modifier tout cela, surtout le droit de la famille. Juste une réforme de Schröder concernant principalement la 2ème ou 3ème génération de Turcs immigrés vivant en Allemagne et qui ont depuis obtenu l'équivalent du droit du sol chez eux en 2000.  Avant, ils étaient obligés d'épouser un ou une Allemande pour obtenir la citoyenneté même en étant né et ayant grandi là-bas. Une façon pour l'Etat de s'assurer que la descendance avait bien du "sang allemand".

Tant qu'il y avait 2 Allemagnes, ce phénomène de kidnapping et de dépossession restait souterrain, presque refoulé pourrait-on dire: avec la réunification, il a explosé au grand jour et se manifeste depuis les années 90 ouvertement et sans complexes. Donc depuis 20 ans au moins. La France comme d'autres pays font pauvre figure avec leur rôle de figurant-victime ne sachant ni comment lutter ni parer ces évènements redoutables qui détruisent des gens, hommes ou femmes, pères ou mères. Grand-parents aussi parfois. Le problème se situe chez eux mais l'Europe nous interdit d'intervenir dans leurs lois et leur juridiction, entend-on. Nos joyeux gouvernants ne pipent pas mot sur ce douloureux problème qui devrait éclater au grand jour, ne serait-ce que pour éviter de nouvelles victimes.

L'information... Les medias jouent-ils leur rôle ?

Nous sommes aux premières loges, victimes et témoins impuissants à la fois.

On peut donc faire coexister des lois très nettement et clairement ultra-réactionnaires (et semblant remonter du fond des âges) avec une attitude aussi clairement et nettement pro-européenne (et donc progressiste forcément!) dans sa teneur/essence : cette dernière est proclamée haut et fort en Allemagne à chaque évènement commémoratif des 2 guerres mondiales. Tenue et arborée incontestablement par ce pays comme un étendard dans la grande majorité sinon totalité de ses manifestations extérieures: par des intentions/actes promulgués par des chanceliers (ères) démocratiquement élus qui multiplient échanges et accords avec leurs homologues français. Hé oui ! On n'est pas à une contradiction près.

Plus jamais cela, entend-on à l'unisson sur les plages du Débarquement en Normandie lors des cérémonies officielles.

Si vous trouvez une cohérence là-dedans...

Cette forteresse -ou ce nouveau Mur- est gardée aujourd'hui par des policiers et juristes d'une façon tout aussi efficace que durant une sombre période, même s'il est bien moins visible et perceptible que ne l'était le Mur de Berlin. Ces juges et juristes qui établirent ces lois sous Adenauer en 45 furent des fonctionnaires (zélés?) pendant le Troisième Reich. Des enseignants en droit. Jamais ou très peu inquiétés par la suite. La question de la dénazification depuis 45  resurgit de façon obscène en Allemagne, cinquante ou soixante ou soixante-dix ans après. Rien n'a changé. Inquiétante réminiscence d'un passé pas si lointain... Et là, c'est déjà une tout autre génération qui est aux commandes en Allemagne. À qui on a montré des films sur Dachau et Auschwitz. À qui on a expliqué et décrit le fonctionnement de la barbarie totalitaire nazie en démontant le mécanisme d'une société fondée sur le commandement et l'obéissance aveugle, la foi en leur Führer. Dénoncé aussi le patriotisme et le pangermanisme, ainsi que la famille nucléaire bourgeoise et patriarcale comme fondement de l'ordre social nazi, appui incontournable du IIIème Reich afin de promouvoir la pureté raciale et la famille patriarcale. La femme au foyer: la mère allemande, emblème incontournable... Le Lebensborn, ce harem composé de femmes germaniques et scandinaves (donc totalement aryennes selon leurs critères) où les soldats du Reich en permission et de retour du front de l'Est venaient procréer pour créer la race supérieure... Un Reich qui devait durer mille ans.

On n'apprend rien de l'Histoire. C'est probablement notre principal drame en tant qu'espèce "intelligente" dominant cette planète.

Ce mur n'est véritablement rentré en action que quelques années seulement après la réunification. Êtes-vous admiratifs devant le "miracle économique allemand" et son étonnante réussite grâce à deux annulations de dette, une en 1953 sous l'impulsion des USA et l'autre en 1990 sous prétexte de réindustrialisation de l'ex-Allemagne de l'Est, cadeau fait à Kohl entre autre par la Grèce ? ? Nous en payons le prix: nous sommes sous une domination totale de l'Allemagne qui a retrouvé son arrogance. Au passage, merci aux journalistes de ne présenter la chute du Mur que comme une grande victoire de la démocratie et de la libre-circulation des personnes et idées. Et uniquement comme ceci: nous les parents français spoliés de nos enfants savons que cet acte a été suivi quelques petites années après par des kidnappings nombreux d'enfants franco-allemands. Des enfants que nous n'avons jamais revus pour la majorité d'entre nous: un nouveau mur est là et bien là, sans doute encore pour longtemps. Fort heureusement, il n'y a pas d'autre problème majeur connu avec l'Allemagne, mais celui-là est de taille. Un vrai problème majeur que personne ne sait comment prendre ni résoudre...

L'Allemagne avait pourtant bien signé toutes les conventions, qu'elles soient européennes ou internationales. Et montré des volontés évidentes de démocratisation et de normalisation des rapports avec De Gaulle et Adenauer depuis 45. Poursuivies, amplifiées et améliorées par tous les gouvernements suivants dans les deux pays: c'est indéniable et personne ne songe à le contester.

Que s'est-il donc passé dans la tête de ces Allemands (es) après la réunification ? Sans doute on retrouve 2 motivations fondamentales, à savoir l'argent et le pouvoir liés à une volonté évidente de dominer l'Europe. Plus promouvoir l'arrogance d'un pays qui domine économiquement et industriellement l'Europe  :

L'argent. Chaque fois qu'un jugement de divorce/séparation est prononcé, ce sont des sommes non négligeables qui rentrent dans les caisses de l'Etat allemand. Le système d'allocations familiales en Allemagne (KinderGeld) est très différent du système français. Au lieu que ce soit l'Etat qui verse des subsides au parent qui a le droit de garde prélevées sur le trésor national alimenté par les impôts comme chez nous, en Allemagne on demande de l'argent (des sommes parfois considérables) au géniteur ou à sa famille, dans le cas où il refuserait ou serait insolvable.  Le droit du sang leur permet de proclamer que l'enfant est allemand et uniquement allemand: du coup, ce sont leurs lois qui s'appliquent et qui doivent "naturellement" s'appliquer. Ensuite, suit un questionnaire où les allocations familiales allemandes fixent le montant de la pension à payer sans compter d'éventuels rappels et dommages/intérêts en général assez colossaux. Chaque fois que la mère bénéficie d'une aide sociale, on demande au père (aryen ou non) de la payer et rembourser l'Etat allemand lequel n'a donc rien à débourser. Cela leur permet de payer les JugendAmt et verser le salaire maternel aux mères au foyer. Des palanquées d'argent rentrent comme cela dans les caisses de l'Etat qui n'est pas obligé de payer toutes ces prestations directement aux mères allemandes: puisque c'est le géniteur français (allemand ou autre) qui doit payer et rembourser l'Etat.

Comme dans n'importe quelle société, le politique et l'économique sont liés bien évidemment.

Le pouvoir. Le nombre de députés au Parlement européen est proportionnel au nombre d'habitants du pays. Comme l'Allemagne connaît une crise liée à la dénatalité, plus ils pourront brandir d'enfants à la face de l'Europe (et futurs adultes "allemands 100%") et plus ils auront de députés au Parlement Européen. Plus du coup ils pourront faire leur loi au niveau de l'Europe:  imposer toute sorte de mesures plus ou moins drastiques au niveau de l'économie d'autre pays comme des coupes budgétaires sévères.  Ils ont donc tout intérêt à continuer de kidnapper les enfants bi-nationaux et les proclamer comme Allemands à 100% en les coupant des "néfastes" influences non-aryennes, du parent non-aryen et de sa culture car cela maintiendra ou augmentera potentiellement leur nombre de députés au Parlement européen dans l'avenir. Une façon de soutenir et pérenniser leur domination au niveau de l'Europe. Et de l'assurer pour la ou les générations à venir.

Le droit et la science juridique ne tirent de légitimité (Le Droit) que par le sacro-saint principe de son unicité : il ne peut et ne saurait y avoir deux jugements différents sur la même affaire, a priori dans deux pays à l'origine et quasiment fondateurs de l'Europe d'après-guerre, tels l'Allemagne et la France. Surtout sur des affaires de divorce/séparation avec enfants bi-nationaux. Le Droit est régi et établi par les lois d'un pays. Ou alors, s'il confronte deux ressortissants de pays différents, il est régi par des Conventions  européennes, simplerment inter-Etats ou internationales. Dans ces affaires de double jugement de divorce/séparation avec enfant, un en France et l'autre en Allemagne, on assiste à un déni fondamental du principe quasi-fondateur de la République et de ses lois en tant que régime de gouvernance idéal. Dans son principe même, sinon quasiment dans son essence... Ce n'est pas une faille dans la législation européenne: c'est un choc frontal  et brutal où un pays comme l'Allemagne essaie de dominer les autres par leur législation en se servant de tout ce qui leur tombe sous la main.

On peut donc se proclamer pro-européen et être farouchement nationaliste-patriote, à côté ou simultanément via la proclamation des droit du sang et de la famille.

Là aussi, on cherche à quel genre de cohérence globale (?) on a affaire au niveau d'une Allemagne "pro-européenne" et démocratique.

Tout cela est très grave bien sûr, surtout qu'on en parle pas ou très peu dans les media sauf sur Antenne 2 parfois en cas de nouvel incident: comme avec Lionel Gilberti, condamné par une obscure cour de la Sarre à 3 années de prison ferme en Allemagne par la mère de ses enfants. S'il a bien été extradé vers l'Allemagne depuis l'Alsace où il réside par des policiers français en tenue, il semble qu'il ait été finalement libéré après quelque temps dans les geoles teutonnes et qu'il ait pu retourner où il demeure. Mais il a fait de la prison là-bas. Il habite l'Alsace pour être plus proche géographiquement des ses enfants que la mère prend comme otages en Allemagne et qu'il ne voit jamais... Une situation, la prise d'otage, que d'autres parents français connaissent bien malheureusement. L'enfant, un otage pour les règlements de compte post-divorce où les parents allemands prennent appui sur leurs lois nationales... C'est justement cela que le rapport Irene Théry voulait éviter dans les années 70 chez nous en accordant quasi-systématiquement le droit de visite/hébergement au père: le droit de l'enfant à avoir ses 2 parents et n'être privé d'aucun d'entre eux. Ni de sa famille, de sa culture et de ses grands-parents. Certains parents français (père et mère) arrivent très bien à convenir d'une garde alternée pour justement préserver le droit de l'enfant à avoir ses 2 parents et ne pas le déposséder de ce droit.

Il faut rajouter à ces sinistres histoires franco-allemandes que le système des allocations familiales en Allemagne (KinderGelt) n'a rien à voir avec le système français. Il s'agit en Teutonie d'une véritable pension alimentaire, au lieu que ce soit l'Etat via les impots perçus sur l'ensemble du territoire qui comme en France accorde une aide au parent célibataire. Si le parent victime du kidnapping de son enfant refuse ou ne peut payer, les allocations familiales allemandes imposeront très délicatement et avec beaucoup d'humanité (c-a-d tel un rouleau compresseur sans aucune discussion possible ni recours !!) le paiement de la pension par les parents du parent non-allemand victime de kidnapping. Parents français victimes, grecs, polonais ou américains, parlant peu ou mal l'allemand, ne connaissant personne en Allemagne à part leur conjoint(e) et/ou sa famille qui détient ses enfants tels des otages et qui sont trop éloignés géographiquement de leurs enfants pour avoir une réelle prise sur ce qui se passe, obligés de faire traduire par des interprètes professionnels les jugements allemands ce qui se tarifie généralement assez cher.  Ils s'en foutent car pour eux ces enfants sont et vont devenir puis rester des "vrais Allemands". En Germanie on ne plaisante pas et surtout, on ne transige pas avec la loi: leur loi bien sûr quand elle s'aplique. Pas de discussion possible: ils s'en foutent et useront de tous les moyens à leur disposition pour imposer leurs vues et conceptions sans doute pour mieux vous écraser.

Dans la Banalité du Mal, Hannah Arendt parle de l'individu comme simple rouage de la société. L'Etat total.

En France ou ailleurs en Europe on essaie de transiger, d'adapter les jugements aux situations personnelles et familiales souvent délicates, en tenant compte de la situation professionnelle: on applique la loi seulement quand on a épuisé tous les recours possibles et qu'on n'a pas pu trouver d'arrangement qui satisfasse les 2 parties. À la différence de chez nous où les juges tiennent compte de la situation familiale et pécuniaire du parent surtout lorsque celui-ci n'a pas le droit de garde, la loi chez eux s'applique et doit s'appliquer tel un hachoir. Sinon des policiers français en tenue viendront vous chercher à votre domicile en Alsace pour vous extrader en Allemagne afin de purger là-bas une peine de 3 ans de prison ferme  pour un retard de paiement de la pension alimentaire s'élevant à 6.000€ alors que la mère allemande vous refuse (légalement selon leurs lois!) tout droit et possibilité de visite. Ou appelleront des policiers allemands en civil qui vous mettront les menottes aux poignets pour vous amener en garde à vue à Trèves pour 33 heures comme Guy Claude dans les années 90, lequel tentait d'exercer son droit de visite en Allemagne muni d'un document officiel des autorités françaises et contresigné par la Commission européenne de La Haye.

Dans le cas de rapts d'enfants par des parents allemands, l'Europe se révèle être une couillonnerie totale qui avantage nettement l'Allemagne et lui permet de porter ses lois à l'extérieur de leur territoire national en toute légalité. De trahir un traité européen comme celui de la Convention de La Haye: le pays qui est habilité légalement à prononcer le jugement de séparation doit être celui où résidaient les 2 parents avant séparation. Eux décident d'accorder le droit de garde au parent allemand (lequel est donné presque systématiquement au père allemand par des tribunaux allemands complaisants) pendant que l'Autorité Centrale à Bonn ou à Berlin ferme les yeux sur ces évidentes distortions tout aussi complaisamment. Soumettre tout droit de visite du parent non-allemand (ou allemand!)  au bon ou mauvais vouloir de la mère puisqu'en dernier ressort, c'est elle qui décide de ce droit selon leurs lois. Contrairement à la France et au droit relatif et en vigueur dans de nombreux autres pays.

Et comme il y a mésentente au cours d'une séparation, je vous laisse deviner la suite, la décision de la mère allemande...

Des drames individuels en pagaille. Des traumatismes parfois profonds. Et qui peuvent durer longtemps.

Avertissement: Ce blog a comme unique et seul but de mettre en garde les natifs et/ou résidents de ce pays-ci contre les dangers qu'ils risquent s'ils ont un ou plusieurs enfants avec un ou une Allemande. Cela peut se passer bien, comme cela peut se passer mal. Mais si ça se passe mal, vous risquez de perdre votre ou vos enfants et ne jamais plus pouvoir les revoir, sinon à leur majorité. Et encore ! En admettant qu'ils vous retrouvent car vous risquez fortement, et même très fortement de perdre leur trace... C'est mon cas et aussi le cas de beaucoup d'autres parents français. Lorsque vous les reverrez (si vous les revoyez!), ils auront probablement changé de nom car la loi allemande permet cela si vous n'étiez pas mariés: même si vous êtes le père et que vous les avez reconnus à la mairie en France ou ailleurs, en bonne et due forme. Un avant-goût de l'enfer ? Les lois allemandes sont aux antipodes des lois françaises concernant la famille et le droit de la nationalité. Et là-bas, ne nous parviennent pas ou très peu d'échos de protestations de pères allemands qui mènent un combat aussi (!!) pour voir leurs enfants et exercer leurs droits face à ces mères prédatrices faisant furieusement penser à des veuves noires. Ces pères allemands spoliés existent cependant et se sont parfois regroupés en association comme SOSpapa dans les années 90: ils ont tenté des actions qui ont hélas échoué. Toutes.

La convergence et le rapprochement entre la France et l'Allemagne sur de nombreux plans tel économique, budgétaire, européen, diplomatique ou internationaux voire sociaux n'est hélas qu'une façade qui laisse penser que tout va pour le mieux avec notre voisin: derrière, il y a une réalité beaucoup moins belle, beaucoup plus sordide. Tellement sordide qu'on n'en parle pas ! Pourquoi ?

Combien sommes-nous en France à avoir perdu un ou plusieurs enfants de cette façon ? Quelques centaines ou quelques milliers ? Officieusement, un chiffre circule: il y aurait aujourd'hui environ 250 à 300 parents français privés de leurs enfants par les conjoints allemands. Sans doute beaucoup plus en réalité, pas loin d'un millier probablement, sans compter les autres pays! L'Etat français fait motus et bouche cousue sur ce sujet même si Jean-Marc Ayrault l'a évoqué lors d'une visite-éclair à Berlin : si ce problème a bien été évoqué et commenté dans les medias lorsqu'il est brutalement apparu dans les années 90 de la post-réunification allemande, on n'en parle quasiment plus aujourd'hui.

Les nouvelles chassent les anciennes.

C'est un échec sanglant de l'Europe d'après-guerre, le plus sanglant même car la Convention de La Haye pourtant signée par l'Allemagne dans un esprit de réconciliation franco-allemande n'est pas (pas du tout !!) respectée par elle: comme remède ou solution, l'actuelle coalition SPD/CDU dirigée par Merkel propose une convention bi-latérale matrimoniale franco-allemande. Total Rigolad, Mein Herr !! La droite et la gauche se retrouvent  d'accord et à l'unisson en Allemagne sur le sacro-saint principe du mariage. Avec net avantage à l'Allemagne comme on dit dans le sport.

Qui est à la botte de qui ? À quoi sert l'Europe finalement ?

Il y a déjà tout ce qu'il faut pour éviter ces dérapages "national-germano-étatiques" qui considèrent à la base les enfants franco-allemands comme des Allemands (es) à 100% et uniquement allemands. Et interdisent au parent non-allemand (russe, français, polonais, américain, etc.) de voir leurs enfants, voire en les privant parfois du droit de garde lorsqu'il s'agit de mères françaises, à l'aide de jugements complaisants prononcés par des tribunaux allemands qui accordent sytématiquement le droit de garde au parent allemand. Le fait qu'ils parlent allemand est considéré comme une preuve irréfutable de leur (totale) germanité !! On n'est pas allemand à moitié ou au trois-quart en Allemagne: c'est tout ou rien. Soit Allemand , soit étranger. Vous essayez tel Guy Claude de voir vos enfants avec un papier en bonne et due forme signée et paraphé par la Convention de La Haye vous accordant le droit de visite ? La mère appellera les policiers à Treves qui vous incarcéreront menottes au poignets pour une durée de 33h tel un malfrat, même si vous avez sur vous un papier de la Convention de la Haye vous permettant de le faire.

Si enfant vous êtes Allemand par filiation parentale (ce qui correspond à la philosophie du droit du sang), on vous garde dans des frontières bien gardées et on vous protège des mauvaises influences non-pangermanistes ou non-aryennes pouvant provenir de l'extérieur. Vous deviendrez et devrez devenir un "bon et loyal" Allemand. Pour prolonger et pérenniser la "race". Une réserve pour la prochaine guerre mondiale ?

L'ignoblerie a-t-elle une limite ? Vivre une histoire de divorce/séparation avec un ou une Allemande peut entraîner le fait que vous soyez traumatisé(e) et le restiez. À VIE !! Réfléchissez bien avant de vous engager. Les histoires de séparation/divorce avec un ou une étrangère, SURTOUT s'il s'agit d'Allemand(e) n'ont rien à voir avec les histoires qui peuvent se produire lorsque les 2 parents sont français ! Strictement rien. Sans commune mesure ! Voulez-vous vivre un cauchemar ?

"Deviens ce que tu es", a dit le philosophe Niezsche en s'inspirant de la philosophie grecque.

"Redevenez ce que vous étiez", voilà ce qui semble plus approprié. 50 ans de réconciliation franco-allemande pour en arriver là : des centaines de parents français privés de leurs enfants et interdits de séjour et de droit de visite en Allemagne. Un éternel retour "nieztschéen", vraiment top classe ! On peut continuer à l'infini de célébrer la fin de la guerre et l'anniversaire du débarquement en Normandie du 6 Juin 44 avec l'Allemagne et ses chanceliers invités à toutes les cérémonies de commémoration. Dire et proclamer d'une voix commune "plus jamais ça": sans souci avec Merkel, Kohl ou Shröder. Au passage, mentionnons que Merkel est originaire de l'ex-Allemagne de l'Est.

Elle a pris la réunification dans le bon sens du poil, c-a-d celui des lois de l'ex-RFA.

Merci aussi à messieurs Kohl et Schröder qui ont entériné cela, cet état de fait catastrophique pour ces enfants dans le processus de la construction de leur identité. Que deviendront ces enfants dans l'avenir ? Allemands par force et par diktat, un état de fait appuyé par des lois et des tribunaux scélérats ? Privés et dépossédés de leur famille et de la culture française ? Vous étiez des précurseurs, Messieurs les Chanceliers mais spécial "Merci" à madame la Chancelière qui a pris la relève avec une poigne de fer et un silence tout autant assourdissant sur ces nouvelles et ignobles affaires depuis son élection. Des affaires tout aussi musclées !

Ce blog vous est dédié, Madame. Mais surtout à tous ces enfants franco-allemands kidnappés en Allemagne et qui n'ont jamais pu revoir leur parent français ou dans des conditions tellement précaires sinon épouvantables que des pères français comme moi ont fini par renoncer pour éviter de finir broyés par cette impitoyable machine kafkaïenne. Des conditions totalement éprouvantes qu'elles ont poussé le parent français à abandonner: c'est mon cas. Abandonner un enfant signifie et entrainera que la mère obtiendra le droit à l'autorité parentale exclusive ce qui lui accordera automatiquement le salaire maternel et des logements sociaux à bas coût. Une bonne affaire, plus besoin de travailler ! Il suffit de saisir un tribunal allemand idoine qui complaisamment vous accordera ce "droit", Meine Frau.

Tant pis pour les petits.

Femme au foyer et père non-aryen absent car rejeté et repoussé à l'extérieur de leurs frontières. Même plus besoin de travailler, quelle bonne affaire...

Le numéro de téléphone 116 000, Enfants Disparus, traite un nombre croissant d'appels pour des rapts parentaux et des non-représentations d'enfants. Il y a un contraste saisissant entre l'extrême ignoblerie de ces histoires de kidnappings d'enfants vers l'Allemagne et le silence radio quasi-total observé par nos medias et hommes/femmes politiques, de quelque bord que ce soit. On célèbre l'anniversaire de la réunification allemande comme si ce n'avait pas entrainé des conséquences désastreuses. On ne révèle pas  l'ampleur du phénomène dont nos gouvernants (es) se gardent bien de nous parler: la transparence sur ce sujet en France et en Allemagne est quasi-absente. Et ce n'est ni Merkel ni le SPD ni même les Verts (!!) ni la gauche (die Linke) qui donneront des infos sur ce sujet : pensez bien !!! Qui ne dit mot consent ?

En Allemagne, le droit de la famille est très voire extrêmement différent du droit français. C'en est même quasiment l'opposé :

— On peut fabriquer en Allemagne de faux actes de naissance où la mention « Vater » (père) est rayée alors qu’il a été reconnu en France (ou ailleurs) et portait donc le nom du père selon nos lois.

— Si l’enfant est né d’une union libre et que la mère se remarie en Allemagne, l’enfant portera le nom du beau-père. Sinon il portera le nom de la mère en Allemagne, même s'il a été reconnu en France ou ailleurs, que ce soit dans une mairie ou un quelconque lieu officiel et administratif. L'union libre n'a pas droit de cité chez eux. On parle de StaatFamilie, la famille d'État qui n'est autre que cette vieille et usée "famille patriarcale": nous voilà quasiment revenus aux temps de Marx et Engel. Au dix-neuvième siècle où l'on parlait de la "Sainte Famille" comme fondement de l'ordre et de l'État bourgeois. Une sacralisation de la famille nucléaire bourgeoise et maritale où la femme demeure toujours et sempiternellement assignée au rôle de "femme/mère au foyer" et qui ne travaille pas. Et le père à celui de "chef de famille". Pater familias.

On peut rajouter le pangermanisme à ce doublé fatal.

— Contrairement à la France où les pères ont systématiquement les droits de visite et plus tard hébergement, en Allemagne c’est la mère seule qui décide du droit de visite du père, ce qui fait que les pères allemands n’arrivent pas à voir leurs enfants en général. 50% environ seulement des pères allemands arrivent à voir leurs enfants en Allemagne: l'autre moitié en est totalement dépossédée. Des associations existent ou ont existé en Allemagne réclamant voire exigeant les mêmes lois sur la famille qu'en France. Le partage de l'enfant, ce qui ne signifie ni plus ni moins que le droit de l'enfant à avoir ses 2 parents... Le droit de choisir. Et arriver à se construire plus tard comme adulte en toute connaissance de cause de sa situation familiale (et du reste) sans être dépossédé ni qu'on vous raconte des bobards qu'on mettra toute sa vie à digérer. La psychanalyse n'est jamais retournée en Allemagne après la guerre. Les intellectuels et artistes allemands opposés au nazisme tels Brecht, Thomas Mann, Fritz Lang ou Marlene Dietrich ne sont jamais retournés en Allemagne pour y vivre. Le seul à être retourné en Allemagne pour y vivre est Bertolt Brecht et il est allé vivre en Allemagne de l'Est. L'Allemagne communiste.

Depuis les années 70 en France avec le rapport Irene Théry, le droit de l'enfant à avoir ses deux parents est reconnu, admis et officialisé.

— Si une Allemande décide seule d’avoir un enfant, elle peut exiger un test ADN de paternité et si le test est positif, le géniteur (allemand ou non) n’aura plus qu’à payer une pension alimentaire assortie de dommages et intérêts exorbitants (kolossal!!). Tout ça sans pour autant que le géniteur ait le droit de voir son enfant: il lui faudra pour l'obtenir se battre devant les tribunaux allemands. (voir l'article édifiant du Nouvel Observateur d'Août 1998 consacré à M. Duras, lien  donné plus bas en hypertexte)

En cas de doute ou si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter notre ambassade à Berlin ou nos consulats en Allemagne si vous y résidez.

Vous pouvez aussi contacter les ministères de la Justice ou des Affaires Etrangères en France: ils sont parfaitement au courant. Comme le problème ne dépend pas de nous mais d'une bonne ou surtout (!) d'une mauvaise volonté allemande, ils ne peuvent pas faire grand-chose sur des plans institutionnel, politique ou diplomatique. Sinon protester en adressant des courriers ou en informant la population -y compris allemande parfois sensible à ce déplorable état de fait- de cette lamentable situation. De quel soutien disposons-nous outre-Rhin face à cette dramatique situation ? Il y a sûrement des gens en Allemagne pour s'indigner de cet état de fait dont les pères allemands sont les premières ou secondes victimes de ces lois très particulières donnant tout pouvoir à la mère, au détriment du père et de l'enfant.

La race pure, la race des seigneurs, la race supérieure ? La famille façon patriarcale, la femme au foyer et le père chef de famille, le plus souvent autoritaire et totalement rigide? L'individu comme rouage de la société ? La banalité du mal selon Hanna Arendt ? Rien ne change, dirait-on bien et pourtant il s'agit d'une voire de deux générations d'Allemands d'après-guerre. Il y a bien eu une remise en question durant les évènements de 68 en Allemagne mais c'est loin déjà : le retour du baton est là et bien là. L'Histoire est une boucle sans fin. Ulrike Meinhof et Andreas Baader sont bien morts officiellement "suicidés" dans une des prisons les mieux gardés et les plus sécurisés d'Allemagne dans les années 70. Rudi Dutschke, l'équivalent de Cohn-Bendit en France, a été assassiné en pleine rue à Berlin d'un coup de revolver dans la tête alors qu'il faisait du vélo.

Ce qui se passe quelque part dans un pays d'Europe à quelque niveau que ce soit a fatalement des retentissements et une incidence sur les autres. Pas besoin d'invoquer Maurice Schumann ni Monet, un des grands fondateurs de l'Europe. Ni aucun des grands théoriciens et fondateurs de l'Europe politique et culturelle pour s'en rendre compte: on parle de l'Europe tous les soirs à la télé et dans les journaux pour en vanter ses mérites, par ailleurs indéniables puisqu'il n'y a plus eu de guerre avec l'Allemagne depuis 45.

Les dommages collatéraux actuels d'un des pays grand fondateur de l'Europe avec Adenauer sont pourtant là, et bien là. Inutile de faire semblant: 50 ans après, voici le retour du baton. Ne soyez pas la prochaine victime. Car eux/elles n'oublieront certainement pas d'être bourreaux.

 

sommet

 

 

« L'histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées. » (Conrad Adenauer)

« Les guerres classiques entre Etats tendent à disparaitre au profit de conflits non conventionnels,  sans déclarations de guerre ni lignes de front. » (Régis Debray in Le Monde Diplomatique, Mars 2013)

 « Ne dites jamais : 'c'est naturel' afin que rien ne passe pour immuable.  »

(Bertolt Brecht, extrait de "L'exception et la règle")

 "Les traités -voyez-vous- sont comme les jeunes filles et les roses: ça dure ce que ça dure."

(De Gaulle , Juillet 64)

"La diplomatie est l'art de faire durer indéfiniment les carreaux fêlés !"

(Charles de Gaulle)

" On m'accuse de ne pas aimer l'Allemagne. Comme c'est injuste ! Moi qui n'est jamais été aussi heureux que depuis qu'il y en a deux !"

(Mauriac)

 .......... et l'incontournable .............

"Lorsque j'entends le mot culture, je sors mon revolver."

(Gœbbels)

Tapez dans un moteur de recherche (Google par exemple) ces trois mots: enlèvement, enfants, Allemagne. Surpris du résultat non ? Une vingtaine de liens, sinon plus... On nous cache tout, on nous dit rien , pourrait-on dire en s'inspirant de Dutronc et de l'une de ses célèbres chansons ... Il y a eu l'utopie du communisme mais le communisme réel a échoué : l'URSS s'est effondrée en 91. Les anciens communistes sont devenus ceux qui font le mieux marcher le capitalisme, comme en Chine. Mais est-ce que l'Europe marche mieux qu'à ces régimes issus du communisme moribond à l'Est ? Au vu de ce qui va suivre on peut en douter .... Si vous maitrisez l'anglais, tapez ces trois mots "child abduction... Germany".  Là aussi des choses intéressantes ...

Cet autre article (cliquez le lien) reflète bien (hélas!) la sinistre noirceur de la réalité .

Et l'Allemagne tira un trait sur le passé nazi et les 40 années de communisme, quelques années après la réunification... Lorsqu'après la Chute du Mur, Gunter Grass déclara que l'Allemagne de l'Est aurait du rester un pays indépendant et à part entière, la presse conservatrice allemande (Der Spiegel) l'attaqua en lui reprochant de ne pas être assez "patriote" . Tsvetan Todorov, linguiste et philosophe d'origine bulgare énonce que les véritables gagnants des guerres, ce sont les perdants. Cela semble vrai car personne ne sait comment agir et on se retrouve dans un rapport de forces quasiment identique à celui des guerres mondiales mais où c'est maintenant  le plus économiquement fort qui dicte sa loi aux autres... Un revanchardisme qui ne dit pas son nom ??

En termes de psychanalyse, ce qui se passe avec ces histoires de rapts d'enfants pourrait être qualifié de retour du refoulé, à l'échelle d'un pays et d'une nation. Inquiétante réminiscence d'un passé pas si lointain...

Un quatrième Reich qui ne dit pas son nom ? Que penser ?

 

La volonté de puissance

Les illusions munichoises: le retour ? Est-ce un nouveau "Lebensborn", entreprise mise au point sous le IIIème Reich et destinée à fabriquer une race aryenne pure et allemande à 100% ? Une suite peut-être mais dans une version européanisée donc plus "démocratique" ? Une façon musclée de lutter contre le problème de la dénatalité et le manque drastique de main d'œuvre?

Traités de Rome, de Maastricht et j'en passe, l'Europe de Schengen ne serait-elle pas qu'une immense couillonnerie destinée à nous faire avaler la plus amère des pilules de l'après-guerre ? Une loi allemande, totalement scélérate et criminelle en regard de l'Europe et l'éthique européenne permet aux Allemandes d'attaquer en justice le père d'un enfant non reconnu -et non désiré par le père, qu'il soit allemand ou non-allemand- afin d'exiger de lui le versement de pensions alimentaires, ainsi que des arriérés et dommages et intérêts colossaux. Pour ce faire, ces Allemandes demandent un test ADN en Allemagne et s'il est prouvé que l'homme allemand ou non-allemand est bien le père biologique, la justice allemande peut l'assigner en justice depuis l'Allemagne et exiger de lui des dommages et intérêts très élevés plus une pension alimentaire avec tous ses arriérés (voir le lien "Liaison fatale" plus bas).

Les jugements d'un pays européen comme l'Allemagne étant exécutoires partout ailleurs en Europe, l'homme non-allemand, géniteur involontaire et à son insu, n'a plus qu'à payer des sommes faramineuses sans pour autant avoir le droit de visite, puisqu'en Allemagne le droit de visite est soumis au bon vouloir de la mère: lequel est souvent un mauvais-vouloir... (voir  l'article "Liaison Fatale" du Nouvel Observateur de  20-26 août 1998 sur Marguerite Duras)

Cette “technique" est très rentable pour les Allemandes: ayant quasiment et à tous les coups l'autorité parentale exclusive grâce aux tribunaux allemands complaisants (à tous les coups on gagne en Allemagne lorsqu'on est allemand !), elles bénéficient du salaire maternel et de logements sociaux à très bas coût. Et le "géniteur", allemand ou non, n'a plus qu'à payer sans avoir pour autant  le droit de voir son enfant: il n'a plus qu'à payer la pension alimentaire sans avoir aucunement le droit de visite, qu'il soit allemand ou non... Il lui faudra se battre auprès des tribunaux allemands pour l'obtenir.

Et si le père refuse de payer les arriérés de la pension car la mère lui interdit de voir ses enfants en Allemagne, il peut être extradé pour purger une peine de prison ferme là-bas: c'est ce qui vient d'arriver à  Lionel Gilbert. 3 ans de prison ferme pour un arriéré de 6000 € !! Le malheureux a arrêté de payer la pension alimentaire car la mère l'empêchait et lui interdisait de voir ses enfants en Allemagne. Conséquence: il a été sous les verrous en Germanie après avoir été extradé conformémement à l'Europe et aux accords juridiques  inter-européens, accords comme celui de La Haye que l'Allemagne ne respecte pourtant pas !! 

Finalement il a été libéré semble-t-il.

Le cas d'Olivier Karrer est identique.

"Mensonges, faux témoignages. Avec Olivier Karrer ce sont tous les parents touchés par la machine judiciaire allemande, qui roulant sur des bases de faux témoignages, de menaces légales ou pas et autres intimidations morales ou psychologiques par le bombardement de lettres, de contrôles ou d'interdictions pour voir leurs enfants, faisant des milliers d'enfants orphelins d'un parent et cassant à jamais leur enfance et leur intégrité privé en rentrant violemment dans leur vie, qui sont en prison. Olivier Karrer est de l'espèce de ceux qui ne se laissent pas intimider et est de la trempe des justiciers qui donnent leur peau pour une cause. Marinella Colombo (Italie), André Bamberski (France), Lionel Gilberti (France), Sophie Lavier (France), des parents polonais, allemands, hollandais, si on ne tient pas compte de certaines querelles internes, sont tous pour dire que cette arrestation est basée sur des mensonges et sur des faux témoignages. La presse russe, d'ailleurs comme la presse polonaise pour ses ressortissants, dans un entretien réalisé avec, Garri Mourei, chef de l'association des droits de l'homme de Cologne, commence à relater plusieurs cas d'enlèvements d'enfants russes par l'Allemagne : « Les 4 enfants de Yuri Medwedew-Bernhardt lui ont été enlevés et les Allemands lui interdisent de parler en russe avec ses enfants ! »

&nbs

Lire la suite
1 2 3 > >>